Le guide thématique Petit Futé RANDONNÉES À PIED : Corse

Corse

Les sentiers de Corse et particulièrement le GR20 sont réputés pour leur beauté. Il ne manquent ni de dénivelé ni de paysages féériques, lorsque le sentier de crête domine la mer, chemine dans la garrigue, croise les troupeaux et les oliveraies, embaume le thym et le serpolet... Le seul problème sera, en été, la canicule. Prévoyez des plongeons dans la mer ou dans les torrents pour vous rafraîchir... Des escales gourmandes sont prévues pour déguster la charcuterie et les fromages corses. L'un des plaisirs de la randonnée sur l'île de Beauté.

Les circuitsHaut de page
À la découverte du Cap CorseHaut de page

Département : Haute-Corse (2B)

Temps estimé : 1 jour

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : facile

Accès : Macinaghju

Le Cap Corse (Capicorsu) porte un surnom que la communauté des dix-huit communes concernées a retenu sur ses différents prospectus : L'île dans l'île (l'isula di l'isula). D'emblée voilà le randonneur prévenu : la situation de ce territoire lui confère un caractère spécifique, qu'il sera particulièrement agréable de découvrir, surtout s'il choisit de faire une grosse portion du sublime chemin des Douaniers...

Totalement ouvert au public depuis 1998, ce sentier longe le littoral justement sur 26 km, d'où sa deuxième appellation " chemin du littoral ". Il part de Macinaghju et remonte jusqu'à Centuri. Il est si beau, si agréable à fréquenter, que près de 50 000 randonneurs le suivent chaque année. Dans sa totalité, pour les plus courageux (qui effectuent les trois tronçons). Où en se contentant d'un ou deux tronçons pour les autres, à savoir : Macinaghju-Barcaghju (3 heures), Barcaghju-Tollare (45 minutes) ou Tollare-Centuri (3 heures). A chacun de décider en fonction de son temps et de ses forces !

Notre randonnée, elle, débute au port de Macinaggio qui existe depuis la plus lointaine Antiquité et peut aujourd'hui accueillir quelque six cents bateaux. Blottie dans sa baie, la plage de Tamarone passe pour la plus belle de Capicarsu. Constituées par un archipel d'îlots au large du Cap Corse, les îles Finocchiarola offrent, elles aussi, une vue délicieuse : des côtes rocheuses battues par les flots. La beauté de ce territoire lui a valu d'être classé au titre des sites. Quant à sa réserve naturelle - fermée de mars à fin août -, elle abrite des goélands d'Audouin, puffins cendrés et cormorans huppés. Dans l'anse de Santa-Maria, petite baie intime et admirablement proportionnée, découvrez la tour éponyme. En schiste et rongée par la mer, elle présente des stigmates historiques (sa face nord est entièrement détruite). A quelques encablures de l'anse, entre un puits et ce qui semble être les vestiges d'un antique cimetière, une petite chapelle romane attire l'attention. Sur la commune bicéphale de Rogliano-Macinaggio (la plus vaste du Cap Corse après Luri), prenez le temps d'observer la tour génoise d'Agnellu, bâtie sur le promontoire du Capo Agnello, d'où le panorama est superbe. Avec l'île de la Giraglia et son phare, la pointe d'Agnello signe l'extrémité nord de la Corse. Rejoignez maintenant Barcaggio, un petit village de pêcheurs réputé pour son port, sa dune spectaculaire - l'une des plus hautes de Corse  ! - et sa grande et agréable plage de sable fin. Tollare, quant à lui, étend ses maisons anciennes autour de sa chapelle Sainte-Anne et sa tour génoise. Franchissez l'endroit le plus sauvage du cap avec le Capo Grosso, puis le Capo Bianco avant d'aller admirer le moulin Mattei qui surplombe le magnifique port langoustier de Centuri, l'un des plus jolis du Cap Corse. La bourgade, installée dans son anse, offre ses maisons recouvertes de serpentines vertes, ses fonds marins d'un vert intense et poissonneux. C'est l'endroit idéal pour y dîner tout en appréciant la vue sur l'île Capense.

La forêt de VizzanovaHaut de page

Département : Haute-Corse (2B)

Temps estimé : 1 jour

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : facile

Accès : Vizzavona

Cette forêt est à la fois traversée par la RN 193 qui relie Ajaccio à Bastia et, en son point médian, par le sentier GR®20 dont les 200 km traversent, eux, la Corse du nord au sud. Elle est située sur le territoire communal de Vivario et adossée à l'est du Monte d'Oro (2 389 m) et, côté sud, aux flancs de la Punta dell'Oriente (2 112 m). De l'avis unanime c'est l'une des plus belles forêts de l'île et ses 1 634 hectares méritent d'être surveillés toute l'année comme le lait sur le feu pour éviter les incendies. Sa fréquentation par les touristes et autres simples curieux date de l'ouverture de la ligne du petit train au XIXe siècle, lequel la traverse sous un tunnel dont la construction fut toute une histoire. Ses premiers visiteurs ? Des aristocrates britanniques. C'est pourquoi, près de la rivière de l'Agnone, se trouve la " cascade des Anglais ". Lors de votre promenade, vous constaterez que les passerelles franchissant les ruisseaux secondaires sont nombreuses. Ces ruisseaux abreuvent le sous-bois où vous pourrez reconnaître des pins laricio, des hêtres, sans oublier le feuillage vernissé du houx. Plus loin, obstruée par de gros galets, la gorge se resserre. C'est le moment de s'offrir un spectacle dont on ne se lasse pas : voir les chutes de l'Agnone et trouver une " piscine naturelle " où il fait bon se baigner. Au niveau des premières belles cascades, il vous sera possible de suivre un sentier qui, après avoir traversé des blocs de pierre, vous offrira une belle vue d'ensemble sur la forêt.

Sur les sentiers mythiques de la forêt de Vizzanova.
Sur les sentiers mythiques de la forêt de Vizzanova.
Les calanques de PianaHaut de page

Département : Corse du Sud (2A)

Temps estimé : 1 jour

Saisons idéales : été, printemps, automne

Catégorie : facile

Accès : Piana

Classé parmi les plus beaux endroits du monde (rien que ça !), le village de Piana a moult cordes à son arc. Ses maisons blanches disposées en amphithéâtre. Son église Sainte-Marie et aussi - et surtout - ses fameuses calanche (sans s). Il va de soi que si ces calanques (avec un s) peuvent s'apprécier en bateau, elles peuvent aussi être savourées via une randonnée pédestre. Son point de départ sera le même que celui réservé à l'ensemble des randonnées (à l'exception de Capo Rosso et du " château fort ") : à la sortie de Piana, 100 m après le pont de Mezzanu, en direction de Porto. Un conseil : prenez l'ancien sentier muletier " Piana-Ota " ; il s'agit d'un chemin dallé, soutenu par un magnifique mur de pierres sèches, qui était jadis la voie de passage obligée de ceux qui, à dos de mulet, se rendaient de Piana vers Porto et Ota, au début du XIXe siècle avant que Napoléon III n'ouvre la route Piana-Porto à partir de 1850. Entre Porto et Piana, sachez que la route étroite et tortueuse s'accroche en corniche à de superbes parois de granite rouge qui tombent à pic dans la mer... Eh oui voici enfin les célèbres calanche de Piana. Et c'est un Normand qui en parle le mieux, dans un livre peu connu, Le Monastère de Corbara. Lors d'un voyage en effet, Guy de Maupassant avoue avoir été fortement impressionné par " ces rochers de granite rose, haut de 300 mètres, étranges, torturés, courbés, rougis par le temps, sanglants sous les derniers feux du crépuscule et prenant toutes les formes, comme un peuple fantastique de contes féeriques, pétrifié par quelque pouvoir surnaturel... ". Ces lignes datent de 1880 mais n'ont pas pris une ride ! Et les calanques en question continuent de surprendre les visiteurs, de les impressionner par leur aspect sauvage qui contraste fortement avec leur environnement maritime. Et la douceur du village de Piana, qui, bâti sur un plateau situé à 438 m d'altitude, domine le golfe de Porto en faisant face à Senino et Scandola, deux presqu'îles également superbes.

Les Calanche de Piana
Les Calanche de Piana
Les gorges de la RestonicaHaut de page

Département : Haute Corse (2B)

Temps estimé : 1 jour - à 2 jours selon le Circuit

Saisons idéales : été, printemps, automne

Catégorie : moyen

Accès : Corte ou les bergeries de Grotelle

Si vous aimez les lacs de montagne, choisissez de randonner dans un endroit où ils pullulent (enfin, presque) : la vallée de la rivière Restonica située en plein coeur de la Corse, au centre de son parc naturel régional. Cette rivière prend sa source au lac de Melo, sur le Monte Rotondo (l'une des plus belles cimes de l'île de Beauté, 2 625 m) et rejoint, une quinzaine de kilomètres plus loin, le Tavignano à Corte. Unies, les deux rivières vont ensemble se jeter dans la mer Tyrrhénienne, à Aléria.

La randonnée que nous vous proposons est facile et permet donc de bien prendre son temps pour admirer les beautés que Dame Nature a placées tout au long du chemin. Elle commence sur la citadelle qui, du haut de son promontoire, veille sur la ville de Corte, la plus peuplée de la Corse intérieure. Située au carrefour de deux vallées et entourée par les sommets les plus hauts du pays - le Monte Rotondo et le Monte Cintu -, Corte est le coeur géographique de l'île. En continuant notre périple, nous découvrons le lac d'altitude de Melo. D'une superficie de plus de 6 hectares, ce lac d'origine glaciaire est gelé six mois sur douze. S'il est si remarquable ce n'est pas seulement à cause de sa forme (Melo viendrait de mela qui, en corse, veut dire " pomme ") mais aussi parce qu'on y trouve la plus forte concentration d'espèces endémiques d'Europe. A proximité, et toujours sans gros efforts, découvrez le lac de Capitello, le numéro 4 en terme de superficie (5,5 hectares) et le premier pour sa profondeur maximale : 42 m. Situé à 1 930 m, creusé dans le granite et entouré par des sommets culminant à 2 230 m, il est gelé plus de huit mois par an. Le paysage qu'il offre est composé de parois aux pentes abruptes, d'éboulis chaotiques, de falaises. C'est peu dire que l'eau y est pure et limpide, deux qualités qui favorisent la pénétration de la lumière en profondeur. Le résultat est réjouissant : une mousse aquatique extrêmement rare s'y développe, à moins de 18-30 m de profondeur, favorisant ainsi un herbier qui fait la joie des plongeurs aquatiques du parc naturel régional car celui-ci constitue une véritable prairie sous-lacustre. Enfin, votre randonnée se terminera pas le lac de Goria qui, au coeur d'un somptueux cirque glaciaire, semble loin de toutes traces humaines. D'accès moins commode que les précédents (mais sans difficultés pour autant), ce lac permet, une fois de plus, de donner raison à Jean Ferrat quand ce dernier chantait à l'intention de ceux qui avaient quitté leur terroir pour la grande ville : " Pourtant que la montagne est belle ! "

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté