Le guide : RANDONNÉES À PIED : Grand Est

Grand Est

Alsace. L'Alsace figure au nombre des régions touristiques incontournables de France. Ses paysages, son patrimoine et sa gastronomie sont autant d'atouts attractifs. De la plaine aux crêtes vosgiennes, des vallons aux forêts rhénanes, cette région déploie une belle mosaïque où il fait bon randonner. Vous avez le choix des itinéraires faciles, le plus souvent boisés, mais aussi de quelques-uns plus sportifs. Pour résumé, peu de dénivelé et beaucoup de verdure, des paysages paisibles, des vieilles pierres et... des cigognes !

Champagne-Ardenne. Ce terroir invite à randonner dans des paysages verts et variés, à travers des forêts épaisses, en croisant des lacs et des rivières, des collines et des coteaux couverts de vignobles, de grands champs de céréales et une nature généreuse piquée de villages préservés. Vous pouvez même faire le tour des caves de Champagne à pied. Une route des vins où l'on prend le temps de la marche et de la dégustaiton.

Lorraine. Avec 840 000 ha de forêts, et un taux de boisement de 36 %, la Lorraine est l'une des régions les plus boisées de France métropolitaine. Le département des Vosges, pour sa part, est le troisième département français le plus boisé après les Landes et le Var avec un taux de 48 %. Certaines forêts, comme la forêt de Darney, sont réputées nationalement pour la qualité de leurs chênes et de leurs hêtres. C'est donc en forêt que vous trouverez les plus beaux itinéraires de randonnée. Une forêt avec des torrents, des rochers, des mousses, des fougères...

Les circuitsHaut de page
Au pays du ChampagneHaut de page

Département : Marne (51)

Temps estimé : 1 jour

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : facile

Accès : Epernay

Voilà une randonnée tout à fait singulière car elle concerne une ville qui possède presqu'autant de kilomètres de caves (110) que de voirie (130) ! Cette ville, c'est Epernay, la capitale du Champagne, le vin le plus célèbre du monde, et le plus apprécié surtout car toujours associé à d'heureux événements (naissance, anniversaire, mariage, victoires diverses et variées...). Il faut dire que cette ville de la Marne se situe au coeur de 30 000 hectares de vigne. Quant à son avenue la plus prestigieuse, celle qui porte le nom de Champagne (forcément !), elle aligne, sur plus d'un kilomètre, de prestigieuses maisons vinicoles ainsi que moult hôtels particuliers et autres édifices du XIXe qu'on peut admirer à travers de hautes grilles massives et ouvragées. Son trésor ? Plus de deux cents millions de bouteilles couchées dans les caves privées des célèbres Maisons de Champagne. Oui, vous avez bien lu : deux cents millions !

L'ensemble de ces caves constitue donc un parc de 110 km creusés dans la craie et pouvant se situer (pour certaines maisons) jusqu'à 40 m de profondeur ! La valeur numérique de ces stocks donne tout naturellement à l'avenue le surnom " d'avenue la plus riche du monde ". Mais Epernay ne saurait se réduire à cette spécialité. Riche d'une longue histoire elle dispose d'un patrimoine architectural permettant aux randonneurs de marquer des pauses agréables. C'est ainsi que vous pourrez y admirer l'hôtel de ville et son magnifique parc, le théâtre Gabrielle-Dorziat, le portail Saint-Martin, l'église Notre-Dame, l'église Saint-Pierre-Saint-Paul, le château Perrier, la maison Gallice, la maison Louise-de-Savoie, la tour de Castellane. Ces choses vues, traversez la Marne pour atteindre le village vinicole de Cumières qui produit un champagne premier cru et un célèbre vin rouge élevé dans des foudres de chêne. Tournés vers la Marne, le bourg et son église du XVIIIe siècle se découvrent plaisamment : au fil de l'eau. Sur les bords du fleuve, vous pourrez admirer, oeuvre du sculpteur Eric Sleziak, vingt-trois statues de métal géantes (de 2,30 m chacune) évoquant les différents travaux de la vigne. Puis vous gagnerez Damery et sa belle église, en montant en direction d'Hautvillers et en longant le bois de Saint-Marc qui offre de remarquables points de vue sur le vignoble. Enfin, vous descendrez dans le fond de la vallée en passant par le hameau de la Chaussée-de-Damery et son merveilleux alignement de platanes classé avant d'atteindre Vaudennes, en lisière de la célèbre forêt domaniale d'Epernay que l'on rejoint par le vignoble. Une fois de retour dans la capitale du Champagne, il va de soi qu'un plaisir s'impose : celui de déguster - enfin ! - le délicieux breuvage auquel vous avez pensé toute la journée !

Les villages champenois au coeur des vignobles
Les villages champenois au coeur des vignobles
Circuit des lacs de la FolieHaut de page

Titre de la randonnée : circuit des lacs de la Folie

Département : Vosges (88)

Temps estimé : 4 heures

Saisons idéales : printemps, été, automne

Catégorie : facile

Accès : Parc de Vittel

Ce sentier est en grande partie forestier et son arrivée se situe sur les lacs de la Folie. La randonnée débute dans le parc de Vittel. Le panneau de départ est situé au début de l'allée longeant la Galerie Thermale (sur la gauche). Dirigez-vous vers la grande allée du parc, passage obligé derrière le témoin du premier établissement thermal, puis tournez à droite, vers le Palais des Congrès. Sortez du parc pour remonter l'avenue en sens unique des Tilleuls, et suivez le balisage - trait jaune sur fond blanc - indiquant le N°11. Poursuivez tout droit sur l'avenue de Châtillon et au terme de la rue, prenez à gauche à la " patte d'oie " pour sortir de Vittel, et prenez la rue de la Vauviard. Traversez la D18 et prenez le chemin de gauche. A l'intersection, prenez à gauche et au bout de ce chemin au niveau de l'intersection, prenez en face. A la prochaine croisée des chemins, continuez tout droit pour rentrer de nouveau en forêt. Suivez le balisage - trait jaune sur fond blanc - indiquant le N°11. Au bout du chemin, prenez à gauche puis un peu plus loin, prenez à droite. Vous serez face à une légère descente puis à une grande montée. A la sortie de la forêt, prenez à gauche. Passez la barrière et prenez à droite. Vous longerez alors la route D164. Passage obligé devant le Ranch vert. Au " cédez le passage ", prenez à droite puis un peu après à gauche. Vous entrez sur la commune d'Outrancourt. Traversez le petit pont puis continuez sur la rue du Pont. Au bout de cette rue, prenez à gauche la Grande-Rue puis sortez du village. Poursuivez sur la route C6. Arrivé au stop, traversez la route D13 puis prenez en face. Passez la barrière. A l'intersection des chemins, prenez à gauche. Suivez le balisage - trait jaune sur fond blanc - indiquant le N°11. A l'intersection, prenez à gauche et tout droit jusqu'aux lacs de la Folie. Prenez ensuite à gauche et faites le tour des lacs puis revenez à cet endroit pour pouvoir en repartir. A gauche, prenez la petite montée. A la 2e intersection, prenez à droite et continuez sur le chemin. A l'intersection, prenez tout droit et poursuivez sur le chemin. Retraversez la route D13 pour pouvoir retraverser le village d'Outrancourt. A la sortie du village, reprenez à gauche et poursuivez le chemin jusqu'à la barrière. Prenez à gauche. A la 2e intersection, prenez à droite dans la forêt. Ce tronçon a un fort dénivelé et suit un parcours droit. Attention, soyez vigilant. A l'intersection, prenez le petit sentier à droite. Suivez ce sentier et prenez à gauche jusqu'à la route D18. Traversez et prenez la rue de la Vauviard. Au bout de cette rue, traversez le passage piéton et restez sur le trottoir de droite. Empruntez l'avenue de Châtillon puis l'avenue des Tilleuls jusqu'à l'entrée du parc.

Du cristal au massif du DononHaut de page

Départements : Meurthe-et-Moselle (54), Vosges (88) et Bas-Rhin (67), de Baccarat à Grandfontaine

Temps estimé : 3 jours - 42 km

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : facile

Accès : Baccarat

Baccarat fait rêver des millions de personnes à travers le monde, et cette petite cité, labellisée Ville et Métiers d'Art, située au pied des Vosges, dans un écrin de verdure séparé par la Meurthe, peut en être fière. Le cristal dont le savoir-faire est transmis depuis des générations fait battre son coeur que l'on découvre à travers son musée. Cristal simplement soufflé, cristal taillé ou gravé, rehaussé d'or ou d'émaux polychromes, les pièces de Baccarat relèvent de l'exception depuis plus de deux siècles. Visitez l'église Saint-Rémy, joyau de l'Art moderne du XXe siècle. A l'intérieur, la décoration lumineuse du " groupe-témoignage " en dalles de Baccarat est composée de vingt mille pièces de cristal ajustées dans le béton. L'ensemble unique au monde se décline en plus de cent cinquante teintes différentes. Admirez le superbe hôtel de ville avec sa façade sculptée représentant les différents métiers du cristal. A l'arrière de l'édifice, le parc Michaut avec sa roseraie et ses nombreuses essences d'arbres. La tour des Voués domine la vallée. Partez maintenant pour Raon-l'Etape, surnommée la portes des Vosges, nichée dans sa vallée étroite et entourée de coteaux très boisés. Riche d'un patrimoine inhabituel, elle offre au regard une collection de fontaines du XIXe siècle, la très belle croix Notre-Dame de style gothique flamboyant, la halle aux Blés, l'église Saint-Luc et un menhir, l'un des plus beaux de Lorraine. Par la route des lacs, vous rejoindrez Celles-sur-Plaine entre vallons et forêts. Du Pain de Sucre et de la Tête du Coquin, la vue est superbe. Visitez son église néo-romane avec son clocher à bulbe. En aval de Celles, le lac artificiel de Plaine de 39 hectares, situé à proximité du lac de Pierre Percée, avec sa belle base de loisirs et de baignade. Par la vallée toujours, vous rejoindrez Allarmont et sa très belle forêt communale regorgeant de richesses floristiques et faunistiques. Les habitants vous conteront l'histoire de leur église et de ses cloches mais aussi celle de la jolie chapelle Sainte-Catherine. Gagnez le petit village agricole de Vexaincour, entouré de forêts de résineux. De nombreux ruisseaux typiques descendent des hauteurs dites " des Bois Sauvages ". Plus loin, Luvigny avec son église Saint-Barthélémy, puis Raon-sur-Plaine entouré de nombreuses collines et parcouru par plusieurs cours d'eau. Découvrez son monument à la mémoire des évadés de guerre et des passeurs, son église construite en grès vosgien et ses nombreuses maisons typiquement vosgiennes. Avec Grandfontaine, vous arrivez dans le Bas-Rhin. Le village s'étire le long de ruisseaux qui viennent alimenter la Bruche, et ses maisons se blottissent dans le fond des vallons. A quelques pas, le point culminant des Basses-Vosges, le massif du Donon s'élevant à 1 009 m d'altitude. Principalement connu pour son temple romain situé sur son sommet dont la reconstitution a été voulue par Napoléon III, le Donon regorge de vestiges témoins d'un passé mystique. Il fit également l'objet d'une exploitation minière - fer - et fut le théâtre, en 1914, d'un violent combat qui fit plus de deux cents victimes. Le massif du Donon, orné de sapins et de rochers, voit naître en son sein plusieurs sous-affluents du Rhin. Son sommet, agrémenté de nombreuses indications botaniques et archéologiques, offre un panorama exceptionnel sur la Sarre et la vallée de la Bruche.

Le pays de MirecourtHaut de page

Département : Vosges (88), de Poussay à Contrexéville

Temps estimé : 2 jours - 23 km

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : facile

Accès : Poussay

Les formes douces des collines et des vallons tranchent avec les vastes paysages ouverts qui entourent le pays de Mirecourt. Montées et descentes se succèdent, tandis que les rares replats se localisent dans les fonds des deux vallées principales du Madon et du Vair. Les nombreux vergers ponctuent les coteaux. Des crêtes, où s'alternent bois et pâtures, de beaux panoramas s'offrent au regard. Les villages sont venus pour la plupart se blottir dans les vallons, souvent à proximité de cours d'eau. D'autres sont allés se percher en haut de versant ou sur une butte. Le joli village de Poussay tout en terrasse surplombe la vallée du Madon. Sur sa place haute, le puits classé, et vers Charmes, la scierie hydraulique du XIXe siècle. De passage en fin octobre, assistez à sa foire qui est l'une des plus grandes foires nationales datant de 1598 ! Fondée au cours du premier millénaire, Mirecourt fut avant tout une cité de grand négoce, dotée d'artisanats originaux, lutherie - ne pas manquer son superbe musée -, facture d'orgues et dentelle. De cet âge d'or, la cité a conservé un beau patrimoine architectural. Partez admirer la chapelle de la Oultre, les halles de style Renaissance lorraine, les façades des anciennes maisons marchandes, l'église Notre-Dame-en-sa-Nativité avec ses fonts baptismaux qui passent pour être uniques en France. Au coeur de la Vôge toujours, entre colline et forêts, le curieux petit village de Mattaincourt. C'est sur le tombeau de saint Pierre Fourier que fut construite une des plus grandes basiliques régionales néogothiques du XIXe siècle. A découvrir la chapelle des " Reliques ", les splendides vitraux de Gabriel Loire - Chartres - et, à l'intérieur sur la droite, l'intéressant musée de Saint-Pierre-Fourier, à ne pas manquer. Plus loin, Hymont, petit village paisible, où les maisons typiquement lorraines avec leurs larges portes cochères et leurs petites fenêtres profondes s'alignent. A voir, son église Saint-Jean-Baptiste de style néogothique. Gagnez Vittel en passant par Domèvre-sous-Montfort et Remoncourt. Vittel est réputé pour ses eaux et ses cures thermales mais aussi pour l'élégance et le luxe de son architecture, offrant un cadre de vie exceptionnel. Vittel, dans un rayon de 5 km, voit émerger trois sources minérales totalement différentes - unique au monde. Consciente de la chance que représentent son sous-sol et son domaine de 600 hectares de verdure, Vittel s'est toujours attaché à préserver son environnement. Saviez-vous que le désherbage de la ville s'effectue de façon thermique. Aucun produit phytosanitaire n'est utilisé ! Dernière étape, Contrexéville, autre ville thermale de renom. Admirez ses " verseuses ", son parc thermal, son église Saint-Epvre, la superbe place des Fontaines, la Fontaine verte, la place du Marché... avant de prendre le chemin des lacs de Contrexéville.

Région du Donon
Région du Donon
Le sentier de la ligne MaginotHaut de page

Départements : Bas-Rhin (67), Moselle (57), Vosges (88)

Temps estimé : 3 jours - 70,5 km

Saison idéale : printemps

Catégorie : moyen

Accès : gare SNCF de Roeschwoog

Croisant des lignes ferroviaires, le sentier de la Ligne Maginot peut être parcouru en plusieurs étapes, en fonction de ses capacités et de ses désirs, chacun pouvant regagner, à tout moment, son point de départ. Le randonneur découvre, là, une fascinante et émouvante page d'histoire au travers d'un paysage authentique aux villages typiques, remarquablement conservés, de quoi satisfaire les passionnés de l'art militaire, mais aussi les amoureux des forêts et des sentiers à travers bois et prairies des Vosges du Nord.

Au fil de ce circuit longeant sur plus de 100 km la ligne de défense, depuis la gare SNCF de Roeschwoog jusqu'à l'ouvrage de Simserhof à Bitche, en passant par la forêt de Haguenau, les collines sous-vosgiennes, le massif de Hochwald, vous suivrez un itinéraire pédestre thématique - évitant autant que possible l'enrobé des routes  ! - balisé d'un losange jaune où se succèdent casemates, forts, abris, fossé anti-char, sans oublier les zones inondables.

Lors de la première étape - une trentaine de kilomètres -, vous ne manquerez pas l'un des cinq gros abris bétonnés, celui du Heidenbückel, en lisière de la forêt de Haguenau, avant d'atteindre la casemate Esch, puis le village de Hatten, totalement détruit lors de la bataille du même nom.

Un détour par le musée vous contera sa tragique histoire. Plus loin et dominé par un ensemble de plusieurs casemates, se dévoilent Oberroedern ainsi que les très jolis villages d'Hoffen et de Hunspach. Le deuxième tronçon - 18 km - démarre par l'incontournable fort de Schoenenbourg, équipé de tous ses éléments d'origine, qui est le plus grand ouvrage de la Ligne ouvert au public en Alsace. Celui même qui, entre septembre 1939 et juin 1940, tira plus de dix-sept mille obus  ! L'atmosphère est agréablement adoucie par la traversée des collines sous-vosgiennes et de villages typiques. Après Drachenbronn, vous voici gravissant le massif du Hochwald en passant le fossé anti-char, impressionnante crevasse dans la montagne. Derrière la crête, Lembach et le fort du Four à Chaux.

Les plus courageux poursuivront jusqu'à Dambach-Neunhoffen en passant pas la vallée du Schwarzbach, dotée de barrages sur le ruisseau du même nom, dont la finalité était de créer une zone inondable faisant obstacle à l'envahisseur.

Les boucles de la MeuseHaut de page

Département : Ardennes (08), de Fumay à Hierges

Temps estimé : 2 jours - 22 km

Saisons idéales : printemps, été, automne

Catégorie : moyen

Accès : Fumay

Les boucles de la Meuse sont pour les randonneurs du nord-est de la France un must, un classique apprécié car il permet de constater combien la Meuse embellit les Ardennes via des boucles magnifiques dominées par de nombreux rochers et promontoires. Sources, ruisseaux, marécages et surtout forêts (dans lesquelles vit et règne le sanglier des Ardennes) seront également au rendez-vous. Evidemment, pour bien profiter de toutes ces beautés, il conviendra à la fois de suivre la Meuse et d'en épouser les méandres, et de marcher sur les hauteurs afin d'apprécier des panoramas à couper le souffle. L'idéal, si l'on a une petite semaine devant soi, est de commencer son périple à Charleville-Mézières mais comme nous vous avons choisi un séjour de deux jours, votre ligne de départ sera une ville située à 30 km au nord de Charleville, Fumay.

Longtemps surnommée " la cité de l'ardoise " (l'extraction a pris fin en 1971 après plusieurs siècles d'intenses productions), Fumay offre des vues magnifiques. C'est dans l'un des méandres de la Meuse extrêmement resserré que la ville dominée par sa grande et belle église a pris de l'expansion. Un conseil : n'hésitez pas à flâner le long de la Meuse, en partant du joli port fluvial, en poursuivant par le traditionnel chemin de halage et en remontant vers la place du Baty, où vous vous reposerez à l'ombre des tilleuls. Les amateurs de chapelles auront également de quoi se réjouir. Ensuite, vous rejoindrez Hayes-sur-Meuse et son imposant monument aux morts (forcément, la région a beaucoup souffert du premier conflit mondial) en traversant un pont puis vous grimperez par le bois du Ridsdoux sur les roches à Fépin pour contempler cette admirable vallée. Regagnez ensuite le chemin de halage en prenant la direction de Vireux où vous traverserez la Meuse pour aller visiter l'ancienne et belle collégiale de Molhain. Posé sur la rive gauche du fleuve au confluent du Viroin, dominé par le mont Vireux, Vireux-Molhain fait face à Vireux-Wallerand - rive droite. Les deux communes sont - elles aussi - liées par un pont, mais également par le nom de leurs habitants les Viroquois. Vireux-Molhain suscite un vif intérêt touristique lié à la présence de sites d'une grande valeur culturelle, historique et industrielle. Nous vous recommandons les fortifications du mont Vireux, l'église Saint-Martin et sa réserve naturelle, une zone géologique fossilifère communément nommée " Réserve du Mur des Douaniers ". Enfin, à travers la campagne, à deux pas de la frontière belge, vous atteindrez un charmant village dominé par les ruines d'un château du XVIe siècle, Hierges, terminus de cette randonnée.

Couleurs d'automne sur la Meuse, barrage de Montcy
Couleurs d'automne sur la Meuse, barrage de Montcy
Les cadoles en pays barséquanaisHaut de page

Département : Aube (10)

Temps estimé : 1 jour

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : facile

Accès : de Courteron ou des Riceys

Parmi les régions les plus pittoresques de la Champagne méridionale, et aux portes de la Bourgogne, la côte des Bar en général et le Barséquanais en particulier se découvrent par petites touches. Fait de prairies, de champs cultivés et surtout de vignes, le Barséquanais se dessine tout en couleurs, en rondeurs et en forêts. Déployé autour de cinq vallées, il est le coeur du pays des vins de champagne " méridional ". De par son relief et la richesse de ses paysages, chacun peut s'offrir la liberté de flâner à travers ses vignes, de s'enivrer de ses superbes panoramas, de s'émerveiller du riche patrimoine de ses villages fleuris taillés dans la pierre. Bourgade séduisante et singulière à plus d'un titre, Riceys se dresse sur une terre où le vignoble prospère. Alors constitué de trois bourgs  : Ricey-Haut, Ricey-Haute-Rive et Ricey-Bas, qui dépendaient jadis de trois évêchés, le village marque déjà sa singularité auquel s'ajoute la particularité d'être le plus grand terroir de Champagne avec 870 hectares et s'enorgueillit d'être la seule commune de France à cumuler trois AOC, champagne, coteaux-champenois, rosé-des-riceys. Ainsi dans un dédale de rues étroites, encadrées de murs de pierres, et dans l'opulence, vous apercevrez de belles maisons de pierres de calcaire dur qui laissent place, de temps en temps, à une église, un lavoir, un château ou un hôtel particulier.

Un arrêt s'imposera de lui-même pour découvrir le château de Riceys-Bas. Juxtaposition de plusieurs campagnes de constructions mélangeant sobriété féodale du XIVe siècle et l'élégance tout à fait XVIIIe siècle de l'autre aile, le château ne laisse pas soupçonner l'unité de son jardin classique. Nommées " loges " ou " bories " dans le Midi, les cadoles, construites généralement sur un plan circulaire, se situent exclusivement dans la région de Courteron, Gyé-sur-Seine et les Riceys. Abris des vignerons, si la légende orale attribue aux cadoles une longévité de trois cents à cinq cents ans, il semble que l'âge de celles qui nous restent ne dépasse pas cent ou deux cents ans. La technique de construction en est simple : des pierres prélevées sur place, empilées les unes sur les autres en couronne, elles se rejoignent à l'extrême limite du toit, ménageant à cet endroit un trou de fumée. A l'intérieur, point de luxe, rien que le strict nécessaire avec une cavité creusée sous une partie du mur permettant de garder au frais la boisson recouverte d'une poignée d'herbe humide de rosée. Malgré une unité apparente, il n'est pas une cabane qui soit totalement semblable à sa voisine. C'est au coeur des Riceys que démarre le circuit des cadoles, une boucle qui musarde entre vignes et forêt, tout en offrant de superbes panoramas sur les coteaux. De Courteron, sur un chemin de douze stations, vous admirerez entre autres la Merveille, avec son muret coupe-vent, puis le Pain de sucre, surnommé ainsi en raison de sa hauteur. La grosse Rave paraît bourgeoise, et la Grande Loge communale pourra accueillir tout un groupe de randonneurs.

Sur le sentier de Saint-Jacques-de-CompostelleHaut de page

Département : Bas-Rhin (67), d'Ottrott à Orschwiller

Temps estimé : 2 jours - 43 km

Saison idéale : printemps

Catégorie : facile

Accès : Ottrott

Ne manquez pas de profiter du charme d'Ottrott, niché dans son écrin de verdure. De magnifiques panoramas permettent d'y admirer la plaine d'Alsace et le massif vosgien. A la jonction d'Ottrott-le-Bas et d'Ottrott-le-Haut, se situe une magnifique et ancienne demeure seigneuriale " le domaine de Windeck ", au parc majestueusement ordonné. A quelques pas de là, le mont Sainte-Odile, culminant à 765 m, haut lieu spirituel de la région. Dans un cadre monastique, vous jouirez d'un panorama extraordinaire et d'un environnement naturel et archéologique exceptionnel - restauration et hébergement sur place. Prenez le sentier des Pèlerins pour profiter pleinement du mystérieux Mur païen, la plus longue enceinte de pierres d'Europe du Nord - 10,5 km ! Plongez maintenant sur Barr, engoncé dans ses collines garnies de vignes, puis Mittelbergheim, un des plus beaux villages de France, offrant aux visiteurs la vue d'un superbe ensemble architectural alsacien des XVIe et XVIIe siècles. Vous musarderez dans le pittoresque Andlau avec ses belles maisons alsaciennes à colombages, ses ruines du château du Haut Andlau, son église abbatiale Sainte-Richarde, derrière laquelle le sentier nous mène à travers forêt et vallon jusqu'au charme irrésistible d'Itterswiller, offrant un superbe panorama sur la route des vins.

La deuxième étape nous plonge au coeur des grands crus Muenchberg, Winzenberg, Frankstein, Praelatenberg, dont les vignes à perte de vue plantent un décor enivrant. A Dambach-la-Ville, les anciens racontent aux chérubins que la vigne est apparue ici lorsque, jadis, un enfant avait surpris un ours se régalant de baies de lambrusques - vigne sauvage. Les habitants se mirent alors à cultiver la vigne, et l'ours devint le symbole de la cité, aujourd'hui encore enserrée dans ses remparts et toujours d'une surprenante homogénéité. A Scherwiller, ne manquez pas de parcourir les beaux vestiges du château d'Ortenbourg, plantés sur un piton rocheux à 437 m d'altitude. Dernière halte : Orschwiller, la porte du Bas-Rhin, déjà connu sous Charlemagne ! De loin déjà vous distinguerez l'imposante silhouette du château du Haut-Koenigsbourg, accessible à pied grâce encore aux sentiers bien balisés par le Club vosgien.

Sur le sentier des DucsHaut de page

Département : Bas-Rhin (67), de Saâles à La Vancelle

Temps estimé : 2 jours - 32 km

Saison idéale : printemps

Catégorie : moyen

Accès : Saâles

Le rendez-vous est donné à l'extrémité de la vallée de la Bruche. Ici, marcheurs comme flâneurs découvrent l'Histoire au fil de chaque chemin. Des Celtes aux Mennonites, du pasteur Oberlin aux vaillants passeurs de la Seconde Guerre mondiale, tous ont un jour ou l'autre arpenté ces sentiers, remarquablement entretenus. La vallée de la Bruche vaut à elle seule le détour ! De Saâles, vous passerez au pied du Voyemont. Les plus téméraires oseront le sommet du massif. Aucun regret, les points de vue sont remarquables et le lieu est agrémenté d'espaces de pique-nique. La clairière du Hang conduit vos pas jusqu'à Climont, au pied de la montagne du même nom - 965 m. C'est certainement l'une des plus belles montagnes des Vosges à la forme évoquant un volcan de la chaîne des Puys. Vous remarquerez les stigmates encore visibles de la terrible tempête de 1999 qui a couché les arbres sur des versants entiers. Là encore, les plus audacieux grimperont jusqu'à la tour Belvédère. De son sommet, la vue sur la chaîne vosgienne est à couper le souffle, avec, en ligne de mire, le massif du Champ-du-Feu, le val de Villé, le massif du Brézouard et la vallée de la Fave. Le sentier des Ducs poursuit son petit bonhomme de chemin, où sur son passage sont parsemés les hameaux du Pransureux et du Blanc-Noyer, et épouse l'arête rocheuse de la Honel avant de pénétrer dans le val de Villé. Dans cette belle bourgade 100 % nature, berceau des eaux-de-vie d'Alsace, une halte s'impose. Sur cette terre d'Histoire et de légendes, vous goûterez aux magrets, foies gras, truites, pinot noir d'Albé, confitures et produits laitiers.

Le lendemain, vous partirez à l'assaut des châteaux du Frankenbourg et son mystérieux Mur païen, du Bilstein ou de l'Ortenberg qui, comme au Moyen Age, veillent encore sur la vallée. Visitez la mine Théophile d'où l'on extrayait autrefois l'argent. Découvrez Albé, l'un des plus beaux villages de France à l'architecture typique et originale. Vous contemplerez les formations rocheuses aux allures insolites. Enfin, plus bas, dans son écrin de verdure, toute joliette, La Vancelle vous accueille.

Tour du Ballon d'AlsaceHaut de page

Départements : Haut-Rhin (68), Vosges (88) et Territoire de Belfort (90)

Temps estimé : 1 jour

Saisons idéales : printemps, automne

Catégorie : facile

Accès : pour le col du Ballon par la D465 reliant Giromagny à Saint-Maurice-sur-Moselle ou depuis la ville de Masevaux dans le Bas-Rhin par la D466

Pour profiter d'un panorama grandiose et à l'infini sur la Forêt-Noire, la chaîne des Alpes bernoises jusqu'en direction du mont Blanc, lorsque le beau temps est de la partie et, enfin, les crêtes des Vosges, il suffit de grimper jusqu'à la vaste calotte aplatie du Ballon d'Alsace, classé Grand Site national. Au coeur du parc naturel régional des Ballons des Vosges, du haut de ses 1 247 m, il offre une qualité d'air incomparable.

Des centaines de kilomètres de sentiers bien balisés, entretenus et accessibles à tous, le parcourent allègrement, parmi eux les GR®5, GR®59 et GR®7. En cheminant, vous admirerez une Vierge en bronze polychrome, ex-voto de 1860, une statue de Jeanne d'Arc, inaugurée le 19 septembre 1909, symbolisant l'attachement des Français à l'Alsace, et un monument à la gloire de démineurs morts pour la France datant de 1950. Au sommet du Ballon, les restes d'anciennes tranchées de la Première Guerre mondiale et de nombreuses bornes de l'ancienne frontière entre la France et l'Allemagne sont encore visibles.

Un conseil, n'hésitez par à emprunter la boucle balisée d'un anneau bleu permettant de faire le tour complet de la montagne en traversant des sites spectaculaires et pittoresques, telles les roches de Morteville, les forêts de Rundkopf et de la Savoureuse. Depuis les villages du Piémont, on peut ainsi découvrir les sites remarquables du Plain de la Gentiane et du Tremontkopf, dominant la belle vallée de Riervescemont, la Planche des Belles Filles et la Chaume du Querty, le site de l'Etang des Roseaux avec sa falaise, le Ballon de Servane et ses grandes chaumes sauvages. Les plus courageux iront jusque dans le massif de la Haute Bers avec ses superbes lacs, voire jusqu'au vaste Rossberg. On peut, par exemple, en deux journées, aller de Giromagny à Thann en passant une nuit dans l'une des fermes-auberges du massif. Citons notamment la très pittoresque ferme des Gressons entre le Ballon d'Alsace et les lacs des Neuweiher. On peut aussi faire le tour complet de la vallée de Lepuis par les crêtes, ou faire un aller-retour par le GR®5, depuis le sommet du Ballon d'Alsace jusqu'au Rouge Gazon ou par le GR®533 vers la Planche des Belles Filles.

Le massif abrite aussi une faune remarquable et une flore variée et particulière. Il n'est pas rare d'y apercevoir des chamois, de nombreux oiseaux tels que le faucon pèlerin, le grand corbeau, le bec-croisé ou encore le cassenoix moucheté. Au-dessus d'une altitude proche de 1 000 m, la forêt fait place aux chaumes, crêtes dénudées où se tordent quelques hêtres tortillards à la longévité exceptionnelle et où se mêlent gentianes jaunes et myrtilles. Si le Ballon d'Alsace se découvre en randonnée pédestre, sachez que cet espace naturel préservé peut l'être également en raquettes, en ski de fond - six pistes - ou en ski alpin - dix pistes -, et pour les plus actifs en parapente. C'est aussi le point de ralliement des cyclotouristes.

Parapente - Ballon d'Alsace
Parapente - Ballon d'Alsace
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis