Le guide : VACANCES AVEC OU SANS SON ANIMAL : Formalités

Guide

Formalités

Identification – TatouageHaut de page

Les chiens de plus de 4 mois et les chats de plus de 7 mois doivent être identifiés, ainsi que les chiens et chats qui changent de propriétaire, qu'ils soient vendus ou donnés. En cas de vente, le numéro d'identification doit être précisé dès l'annonce. Au moment de la cession, le vendeur doit transmettre la carte d'identification à l'acheteur.

Sachez aussi que depuis juillet 2011, l'identification par puce électronique est obligatoire sur le territoire français. Elle n'était auparavant exigée qu'en cas de voyage. Les chiens et chats qui sont actuellement tatoués et restent sur le territoire français n'ont pas besoin d'être identifiés par puce électronique, leur tatouage suffit pour l'instant : les deux systèmes cohabiteront jusqu'à la disparition des derniers animaux tatoués. En revanche, les animaux qui voyagent doivent tous être identifiés par puce électronique. Pour les furets, à ce jour, l'identification électronique n'est pas obligatoire, mais fortement recommandée.

Pour information, la puce d'identification (de la taille d'un grain de riz) est insérée par le vétérinaire au niveau des omoplates du chien ou du chat à l'aide d'une grosse aiguille. Et non ce n'est pas douloureux ! Le transpondeur inséré comporte un code de 15 chiffres qui peut être lu par un lecteur électronique. Lors de l'identification, le vétérinaire remet au propriétaire de l'animal sa carte d'identification. Celle-ci suivra l'animal toute sa vie : le jour de l'identification, le vétérinaire envoie à l'i-Cad (Identification des Carnivores Domestiques) une partie qui sera enregistrée au fichier et remet le double au propriétaire.

Les vétérinaires, policiers, gendarmes, pompiers, agents de mairie et responsables de refuges pour animaux disposent de lecteurs pour lire les puces d'identification. Lorsqu'un animal est trouvé, le code permet, en contactant l'ICAD, de retrouver les coordonnées du propriétaire. L'animal peut alors être rendu à son maître ! A condition bien sûr que vous ayez informé l'i-Cad de tout changement d'adresse ou de numéro de téléphone. Pour ce faire, rien de plus simple : rendez-vous sur le sitei-Cad.fr ou appelez le 0810 77 87 78.

VaccinationHaut de page

Vous vous posez des questions sur la vaccination et c'est bien normal ! Sachez d'abord que tant que votre animal reste sur le territoire français, sa vaccination n'est pas obligatoire. Cependant, elle est très vivement recommandée. En effet, même si votre animal reste en intérieur, il peut malgré tout être mis en contact avec des microbes contre lesquels son organisme ne peut pas se défendre seul. Ainsi le vaccin va permettre d'empêcher la contamination ou d'en réduire les symptômes. D'ailleurs, évitez de sortir chiots et chatons avant leur première vaccination afin d'éviter une possible contamination. Dans tous les cas, la vaccination est un acte médical qui doit être réalisé par un vétérinaire qui aura effectué au préalable un examen clinique de votre animal.

La vaccination se déroule en deux étapes. Il y a d'abord la primo-vaccination qui se fait le plus souvent en deux ou trois injections effectuées à partir de deux mois. Mais pas avant, car les anticorps présents dans le lait maternel empêcheraient le vaccin d'être efficace. La deuxième phase est celle des rappels. Le premier se fait un an après la primo-vaccination. Le rythme des rappels est ensuite déterminé par votre vétérinaire en fonction des maladies concernées et du mode de vie de votre animal.

Comme chez les humains, des effets secondaires peuvent survenir après une vaccination (fièvre, fatigue, réaction allergique...). S'ils sont bénins, pensez malgré tout à en informer votre vétérinaire !

[Pour information, la vaccination contre la rage est OBLIGATOIRE pour les chiens de catégorie 1 et 2 (Rottweiler, Mastill, Staffordshire terrier américain, Tosa). De même si vous partez à l'étranger ou dans les territoires d'outre-mer. Enfin sachez que certains campings et centres de vacances n'acceptent les animaux qu'à la seule condition que ces derniers soient vaccinés contre la rage.]

N'hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire !

Programme de vaccination pour un chienHaut de page

Votre vétérinaire adapte ce calendrier, en fonction de l'état de santé de votre chiot et de la région dans laquelle vous habitez.

Maladie de CarréHaut de page

Première injection : 2 mois et demi.

Deuxième injection : après 3 mois.

Rappel : tous les ans.

Maladie de RubarthHaut de page

Première injection : 2 mois et demi.

Premier rappel : après 3 mois.

Rappel : tous les ans.

ParvoviroseHaut de page

Première injection : 2 mois et demi.

Deuxième injection : après 3 mois.

Rappel : tous les ans.

LeptospiroseHaut de page

Première injection : 3 mois.

Deuxième injection : 1 mois après la première injection.

Rappel : tous les ans.

Toux de chenilHaut de page

La toux de chenil, ou trachéobronchite infectieuse canine (TBIC), est une maladie très contagieuse et surtout très répandue. La maladie touche l'appareil respiratoire du chien : les symptômes sont ceux d'une sorte de grippe, qui se transmet de chien à chien par simple contact (nez à nez), ou même sans contact direct. Le traitement de la TBIC repose sur l'administration d'antitussifs pour combattre la toux. Les antibiotiques ne sont pas toujours indispensables, mais dans les formes sévères, ils sont nécessaires, pendant parfois plusieurs semaines, pour éliminer l'infection. La vaccination est le seul moyen de lutter efficacement contre la maladie et elle est vivement recommandée si votre chien est en contact régulier avec d'autres chiens (clubs, écoles, pensions).

Première injection : 3 mois.

Premier rappel : 1 an après la deuxième injection.

Rappels suivants : tous les ans.

PiroplasmoseHaut de page

Première injection : 3 mois.

Premier rappel : 1 an après la deuxième injection.

Rappels suivants : tous les ans.

Si votre animal n'a jamais été vacciné ou si vous avez dépassé la date de rappel du vaccin, l'injection doit être faite au moins trois semaines avant votre départ en vacances. En effet, l'injection n'est valable qu'à partir du 21e jour. Si votre animal est déjà vacciné, pensez à bien regarder la date de rappel et à l'effectuer avant votre départ si cette dernière tombe normalement pendant vos vacances. Il est impératif que le vaccin soit à jour pour vos vacances. La vaccination contre la rage n'est pas obligatoire en France, sauf pour les chiens de catégorie 1 et 2 et pour les animaux vivant dans une zone où des cas de rage ont été déclarés. Certains propriétaires font malgré tout vacciner leurs animaux contre la rage afin de leur éviter l'euthanasie en cas de suspicion. Par ailleurs, les campings et centres de vacances exigent bien souvent cette vaccination. Enfin, la vaccination contre la rage est obligatoire pour tout déplacement à l'étranger et vers les territoires d'outre-mer. Pour plus de renseignements, le mieux est encore d'en parler avec votre vétérinaire.

Première injection : 3 mois.

Rappels suivants : tous les ans.

Programme de vaccination pour un chatHaut de page

Votre vétérinaire adaptera ce calendrier en fonction de l'état de santé de votre chaton, de la région dans laquelle vous habitez et des conditions de vie (accès à l'extérieur, par exemple).

Première injection : à 2 mois.

Deuxième injection : à 3 mois.

Rappels : tous les ans.

Première injection : à 2 mois.

Deuxième injection : 1 mois après la première injection.

Rappels : tous les ans.

Première injection : à 3 mois.

Deuxième injection : 1 mois après la première injection.

Rappels suivants : tous les ans.

Pour tout renseignement sur les réglementations en vigueur concernant ce vaccin, rapprochez-vous de votre vétérinaire.

Première injection : à 3 mois.

Rappels : tous les ans.

Visite d’achat et garantie légale des vices rédhibitoiresHaut de page

Lorsque vous faites l'acquisition d'un chien ou d'un chat, vous devez prendre rendez-vous chez le vétérinaire pour une visite d'achat. Celle-ci n'est pas uniquement liée à l'état de santé de l'animal, elle constitue également une protection légale pour l'acheteur. Quelle que soit la qualité et la tenue de l'élevage où vous avez fait l'acquisition de votre compagnon, une vérification est toujours nécessaire et parfois bien utile pour déceler une maladie contagieuse. La loi du 22 juin 1989 concernant la garantie légale contre les vices rédhibitoires précise que le délai de suspicion est égal au délai d'incubation des maladies concernées par la loi. Il faudra donc amener le chiot ou le chaton chez le vétérinaire le plus rapidement possible après son arrivée chez vous, si vous voulez bénéficier d'un recours contre le vendeur en cas de maladie de votre nouveau compagnon.

Élevages et animaleries.

L'année 2019 a débuté par une petite révolution dans l'univers des animaleries. En effet, la Californie a interdit toute vente d'animaux d'élevage dans ses animaleries, et ce quel que soit l'âge des animaux. Seuls les animaux issus de refuges peuvent désormais être vendus. La Grande-Bretagne a suivi, mais en interdisant uniquement la vente de chiens et de chats de moins de 6 mois. L'objectif clairement affiché est celui de mettre un terme aux élevages intensifs chez qui les animaleries se fournissent en grande majorité. On le sait peu, mais de même qu'il existe des élevages bovins intensifs par exemple, il existe également des fermes intensives de chiots et chatons où les animaux vivent bien souvent dans des conditions déplorables et subissent de mauvais traitements. En Grande-Bretagne, cette loi porte un nom symbolique, " Lucy's Law ", du nom d'une chienne Cavalier King Charles sauvée d'un de ces élevages intensifs. Enfermée dans une cage pendant presque toute sa vie, la chienne avait vu son squelette modifié par tous ces mauvais traitements. Outre la lutte contre les élevages intensifs, ces mesures se donnent également pour but de réorienter les gens désireux d'acquérir un animal vers les refuges et abris. Surchargés, les refuges peinent à trouver des familles pour leurs pensionnaires et ces nouvelles lois pourront sans doute aider à les désengorger.

La France aussi connaît ces mêmes problèmes d'élevages intensifs et de surpopulation des refuges, mais pour l'instant aucune réforme n'est prévue pour limiter la vente d'animaux dans les animaleries. En revanche, depuis 2016, la France a mis de nouvelles règles en place concernant l'élevage et la vente d'animaux. Parmi ces nouvelles mesures, on compte l'obligation de se déclarer éleveur dès la première portée vendue, l'obligation d'immatriculer tous ses élevages et l'interdiction de vendre en libre-service. Par ailleurs, toute personne travaillant dans l'élevage ou la vente d'animaux doit réaliser une formation obligatoire appelée Attestation de Connaissances Pour les Animaux de Compagnie et d'Espèces Domestiques. Différents organismes habilités par le Ministère de l'Agriculture peuvent la délivrer. Malheureusement les pratiques d'élevage et de vente en France sont encore trop peu encadrées et connaissent de véritables dérives, notamment dans le cadre de la vente entre particuliers sur internet. De nombreuses personnes malhonnêtes ne déclarent pas leurs élevages, ne sont pas immatriculées et ne garantissent pas de bonnes conditions de vie à leurs animaux.

Alors, lorsque vous achetez un animal, soyez toujours extrêmement vigilant et assurez-vous que l'animal ne provient pas d'un élevage intensif, mais d'un élevage déclaré et immatriculé géré par un éleveur formé. Et cela même si vous achetez en animalerie. Cette dernière doit vous fournir toutes ces garanties !

Pour les chiensHaut de page

Pour les chiens, le délai de suspicion des maladies contagieuses est de :

5 jours pour la parvovirose

6 jours pour la maladie de Rubarth

8 jours pour la maladie de Carré.

Pour les chatsHaut de page

Pour les chats, le délai de suspicion des maladies contagieuses est de :

5 jours pour le typhus

15 jours pour la leucose

21 jours pour la péritonite infectieuse.

AssuranceHaut de page

Pour les animaux, ce que l'on appelle de manière courante " assurance " recouvre en fait deux contrats bien distincts : d'une part la responsabilité civile du propriétaire qui couvre son animal et d'autre part une assurance santé permettant de couvrir les frais de santé de l'animal.

Responsabilité civileHaut de page

Ne perdez pas de vue l'article 1385 du Code civil : " Le propriétaire d'un animal, ou celui qui s'en sert, pendant qu'il est à son usage, est responsable du dommage que l'animal a causé, soit que l'animal fût sous sa garde, soit qu'il fût égaré ou échappé. " En clair, vous confiez votre chien ou votre chat à un ami pour le week-end, et pendant qu'il est sous sa garde, il s'échappe et occasionne un accident de la circulation : vous êtes responsable ! Votre animal fugue et vous ne le retrouvez pas. Des semaines ou des mois plus tard, si celui-ci blesse quelqu'un, cause des dommages ou un accident : vous êtes responsable. Et pas d'échappatoire : son tatouage ou sa puce montrera bien que vous en êtes le propriétaire. Soyez donc toujours très vigilant sur son identification et faites le nécessaire pour que la carte d'identification soit bien au nom du véritable propriétaire. En cas de divorce, par exemple, si la garde du chien est confié à l'amiable à l'un des conjoints alors que l'autre en est déclaré propriétaire sur la carte d'identification, c'est ce dernier qui sera poursuivi en cas de problème. Ensuite, renseignez-vous auprès de votre assureur : votre contrat de responsabilité civile doit, en principe, inclure votre animal dans les " biens " assurés. Dans la plupart des contrats d'assurances, tous les dommages résultant de la possession d'animaux de compagnie sont d'emblée intégrés. Toutefois, dans certains cas, vous devez contracter une assurance spécifique pour votre chien. Il s'agit par exemple des chiens de 1re ou de 2e catégories. Les maîtres des chiens de 1re catégorie, ceux d'apparence American-Staffordshire-Terrier, couramment dénommé Pit-Bull, Boerbull et Tosa, non inscrits au Livre officiel des origines, et les chiens de 2e catégorie - American-Staffrodshire-Terrier, Rottweiler ou Tosa, inscrits au Livre officiel des origines et les Rottweilers non inscrits - doivent faire l'objet une assurance responsabilité civile " chiens dangereux ". Même si cette appellation peut paraître totalement contestable aux heureux propriétaires d'un rottweiler doux comme une pâte à choux, cette assurance est obligatoire, et les propriétaires, lors d'un contrôle, doivent pouvoir en produire l'attestation. Par ailleurs, les propriétaires de chiens de chasse doivent souscrire une assurance responsabilité civile chasse. Celle-ci couvre les accidents corporels occasionnés par les actes de chasse et tout type d'accident ou dommage causé par les chiens. Cette assurance est obligatoire pour obtenir le permis de chasse et peut être réclamée lors d'un contrôle : le chasseur doit donc toujours garder l'attestation sur lui.

« Sécurité sociale » animaleHaut de page

Certaines compagnies d'assurance proposent des contrats qui couvrent les soins nécessaires en cas de maladie de votre compagnon : frais vétérinaires, interventions chirurgicales, actes connexes (radios, anesthésie, salle d'opération, analyses) et frais post-opératoires. Ceux-ci vous seront remboursés, selon un pourcentage en rapport avec la couverture choisie. Comparez attentivement les contrats, car les assureurs ne prennent pas en charge les mêmes dépenses et ont chacun leurs spécificités. Pour prendre trois exemples : en plus des prestations courantes (maladie, vaccins, accident, analyses...) Assur O'Poil® qui assure vos animaux de 3 mois à 10 ans, prend en charge leur pension si vous êtes hospitalisé, offre le premier mois d'assurance et prend en charge votre forfait vaccin dès la formule éco', Santévet, pour sa part, s'occupe de vos chats, chiens et NAC, rembourse jusqu'à 200 € par an les frais d'alimentation spécifique à certaines affections (gamme Hill's Prescription Diet) prescrits par le vétérinaire et jusqu'à 2 500 € par an de soins, enfin, vous pouvez choisir Bulle Bleue, une assurance pour les animaux créée par les vétérinaires. Dans tous les cas, un délai de carence est prévu et les assureurs pratiquent un âge limite au-delà duquel votre animal ne sera pas assuré. La plupart d'entre eux proposent des tarifs dégressifs pour deux animaux ou plus.

En résumé, en plus du prix du contrat qui est évident un critère important, n'oubliez pas de prendre en compte le pourcentage de remboursement pour les frais médicaux, le montant des forfaits de prévention, les plafonds annuels de remboursement, les franchises annuelles et les exclusions.

Pour vous aider, n'hésitez pas à faire appel à des comparateurs d'assurance. Hyperassur et Animaux Relax se sont spécialisés dans le domaine et vous aide à faire le tri dans toutes ces masses d'informations.

PasseportHaut de page

Le passeport européen pour animaux de compagnie est obligatoire pour tous les chiens, chats et furets, même s'ils ne voyagent pas. C'est en effet le seul document officiel attestant de la vaccination antirabique de l'animal. N'oubliez pas d'ailleurs que même si vous ne sortez pas du territoire français, vous devez pouvoir présenter le passeport de votre animal, prouvant qu'il a bien été vacciné contre la rage, si vous avez un chien de 1re ou 2e catégorie. De même, on vous demandera la présentation de ce document lorsque vous souhaiterez confier votre chien, votre chat ou votre furet à une pension.

Le passeport atteste, outre la vaccination contre la rage, que l'animal a bien été identifié par puce électronique. Il pourra donc également vous être demandé lors d'un contrôle ou si vous participez à une manifestation canine ou féline. Le document mentionne également la description de l'animal et le nom et l'adresse de son propriétaire. Il ne peut être délivré que par un vétérinaire, lors de la vaccination contre la rage ou/et de l'identification par puce électronique. Ce passeport est véritablement la " carte d'identité " de votre animal de compagnie : vous devez le conserver aussi précieusement que le vôtre !

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis