Le guide : VACANCES AVEC OU SANS SON ANIMAL : Que faire si vous avez perdu un animal de compagnie ?

Que faire si vous avez perdu un animal de compagnie ?

Animal perdu, que faire ?Haut de page

Votre chien ou votre chat n'est pas revenu de sa promenade ou il vous a échappé ? Il faut agir vite, car l'ennemi numéro 1, c'est le temps ! Tout d'abord, enquêtez auprès de vos proches voisins pour savoir s'ils ont vu votre animal récemment. Si vous vivez en appartement, il est possible que votre chat se soit faufilé chez votre voisin de palier, se soit caché chez lui et ne se manifeste pas. Cela peut paraître évident, mais nombre de félins curieux et culottés aiment s'introduire chez des inconnus, pour ensuite rester terrés, terrorisés. Aussi, n'hésitez pas à demander à votre voisin de vous faire entrer chez lui et appelez votre animal en inspectant sous les meubles. Si les tours de quartiers ne donnent rien, même le soir à la nuit tombée où les animaux sont plus aptes à entendre, les bruits de la ville étant réduits, passez au Plan Epervier version 30 Millions d'Amis ! Plus vous vous y prenez tôt pour signaler la disparition de votre animal, mieux ce sera. Un animal domestique est légalement considéré comme errant s'il se trouve à 1 km de son domicile.

Imprimez des affiches avec une photo de l'animal bien distincte tout en précisant le jour, le lieu et l'heure de la disparition. Signalez si votre animal est tatoué ou pucé avec le numéro d'identification et s'il porte un collier. N'oubliez pas d'indiquer votre numéro de téléphone et une adresse mail où vous contacter. Vous pouvez aussi préciser le comportement du chat ou du chien : s'il est craintif, sociable et surtout s'il a une particularité physique et son nom. Il est important de faire un descriptif détaillé de l'animal. Posez les affiches dans votre quartier (un chat s'éloigne rarement d'une centaine de mètres de son territoire). Si vous êtes dans un coin où il pleut, pensez à les glisser dans une pochette plastique individuelle. Pensez à déposer ces affiches chez les vétérinaires de votre ville, dans les jardineries, au supermarché ou dans les écoles du quartier pour un maximum de visibilité. Vous pouvez également en parler à votre facteur qui pourra faire passer le message.

Pour gagner du temps, signalez sa disparition sur Internet. Plusieurs sites gratuits sont consacrés à cette mission d'animaux domestiques perdus/trouvés. Parmi eux on citera www.chat-perdu.org, www.chien-perdu.org, www.petalert.fr. Très bien organisés, ces sites recensent les animaux perdus/trouvés en fonction des régions, villes, de la race, sexe, couleur... Le site 30millions d'amis.fr permet aussi de déposer une annonce. Les réseaux sociaux diffusent également largement ces annonces.

Généralement, dans chaque ville il existe des associations bénévoles recueillant des animaux errants. Renseignez-vous auprès de la mairie ou sur internet pour obtenir ces informations. Tenues par des gens dévoués et passionnés d'animaux, ces associations sont une aide des plus précieuses.

Moins plaisant, pensez aussi à contacter la fourrière de votre ville pour savoir si votre animal n'a pas été pris. Les mairies sont obligées légalement de s'occuper de tout animal errant. Contactez également la SPA la plus proche. Votre animal est susceptible d'y avoir été apporté s'il a été recueilli. Vous pouvez aussi appeler le Fichier National d'Identification des Carnivores Domestiques (Tél : 0 810 778 778) ou faire une recherche sur le site internet www.i-cad.fr. Il suffit de rentrer le numéro d'identification de votre animal pour vérifier s'il a été repéré. L'inconvénient de cette dernière démarche est que vous devez ouvrir un compte à partir de l'identifiant et mot de passe présents sur le carnet d'identification de votre animal (chat, chine ou furet). Sur l'ICAD, et sans numéro de compte, vous pouvez aussi déclarer un animal trouvé.

Enfin, la dernière chose à faire, et hélas la plus pénible, est d'appeler les services voirie de votre ville. Normalement, tout animal accidenté mortellement ou non doit être signalé.

Pensez aussi à fouiller caves, garages et parkings souterrains. Les jeunes chats aventureux se laissent souvent piéger. Il ne faut pas hésiter à insister auprès des concierges ou des propriétaires. Généralement, les gens sont très solidaires et très compréhensifs lorsqu'il s'agit d'animaux disparus.

Pour info, sachez qu'un chat peut tenir 8 jours sans boire ni manger.

Si on vous contacte par mail ou par téléphone en exigeant une rétribution financière en échange de votre animal, n'acceptez jamais, il s'agit d'une arnaque très courante. Prévenez la police.

PréventionHaut de page

Le bon sens est souvent la meilleure garantie que vous ayez ! Un animal en période de chaleurs sera plus enclin à aller courir le guilledou, donc à prendre le large. Cela s'applique particulièrement aux chats qui, le printemps arrivant, en profitent pour fuir le domicile de ses maîtres...

Règle numéro 1 : la castration ou la stérilisation. Etant obligatoire pour les félins afin d'éviter leur prolifération, pensez donc à faire faire cette intervention avant que votre chat atteigne 7 mois, âge auquel il peut se reproduire. Au-delà, point de salut ! Si vous souhaitez des chatons, sachez quand même vous arrêter à temps. Une portée de chats peut en l'espace d'un an se multiplier par 12 ! Ces chats sauvages seront candidats à l'errance, à la fourrière, voire à l'euthanasie... Votre animal castré ou stérilisé, son périmètre de promenade ne sera pas réduit pour autant, mais il sera moins tenté de faire son Roméo pendant la période des amours. Si cette opération peut paraître barbare, sachez que vous ne rendez pas service à votre animal. Un chat mâle non castré peut prendre la poudre d'escampette définitivement et devenir haret, c'est-à-dire un chat revenu à l'état sauvage.

Règle numéro 2 : l'identification. Elle est obligatoire et nécessaire, surtout si vous décidez de voyager avec votre animal dans l'Union européenne. Les chiens doivent être tatoués dans l'oreille ou pucés, au choix. Le tatouage n'étant plus pratiqué pour les félins, c'est désormais la puce électronique qui le remplace. A chaque visite vétérinaire, pensez à faire vérifier son fonctionnement. Encore loin d'être infaillible, le système connaît des ratés. En effet, il arrive fréquemment qu'une puce soit défaillante. Si elle ne marche plus, il faudra en faire greffer une autre. Cette manipulation rapide est quasi indolore pour l'animal, la puce ayant la taille d'un grain de riz. Dans tous les cas, pensez à renvoyer par courrier les identifiants de votre animal aux organismes concernés pour le fichier national des animaux domestiques. Les furets sont également concernés par cette réglementation !

Règle numéro 3 : le collier. On ne le répétera jamais assez : un animal perdu sans collier est un animal mort. Ou presque. Pas de collier, pas moyen direct pour une personne recueillant votre animal, d'identifier ses maîtres. On optera donc pour un collier de bonne qualité pour Médor et avec une sécurité anti-étranglement pour Mimi (doté d'un élastique et d'une ouverture automatique en cas d'accrochage avec une branche ou un grillage). On ajoutera au collier pour Matou une clochette et un tube de métal dans lequel vous aurez glissé un papier avec votre nom, adresse, numéro de téléphone. Voire l'ID de l'animal. Si vous pouvez, à l'intérieur du collier, écrivez votre numéro de portable et le nom de l'animal. Pensez à prendre des couleurs flashy, plus faciles à mémoriser qu'un banal collier noir. Les gens se rappelleront plus volontiers d'un collier orange, rouge ou jaune. Certes, c'est moins élégant, mais votre animal vous en saura gré !

Règle numéro 4 : un contenant de transport fiable. Les disparitions d'animaux domestiques devant les cabinets vétérinaires sont pléthore. Le scénario de la cage qui tombe au sol et s'ouvre, laissant s'échapper chat ou chien apeurés, est le plus courant. A nouveau, on fait mesure de prudence. On choisit un sac de transport de qualité, on vérifie les fermetures, si besoin, on les renforce avec du gros ruban adhésif (notamment dans le cas des boîtes en plastique qui ont tendance à s'ouvrir en deux). Si vous prenez le train, pensez à mettre dans le sac de l'animal ses identifiants et vos coordonnées. Dans la panique d'une sortie précipitée du wagon, on n'est jamais à l'abri d'un oubli... Pour les transports, on équipera également son animal d'un harnais. Il sera plus facile de maîtriser votre animal (surtout le chat, animal leste et fuyant) en le maintenant par ce moyen si vous devez le manipuler ou le faire sortir de sa cage. Bien sûr, au harnais on ajoutera le collier.

Cat Brother : les colliers du XXIe siècle !

On n'arrête pas le progrès, y compris pour nos amis à poils ! Les colliers nouvelle génération ont remplacé la clochette par l'émetteur, voire la complicité du satellite !

Vous habitez un domaine de la taille de Dowtown Abbey ou vous aimeriez savoir dans quel périmètre se trouve votre chat ? A l'heure d'internet et de la vidéosurveillance, tout est possible ! Dans le cas où vous possédez des hectares de terrain ou d'un animal urbain aventureux, vous pouvez opter pour le collier GPS. Cette nouvelle technologie appliquée aux animaux domestiques étant encore à ses débuts, les colliers sont encore un peu gros, surtout pour les chats. Ils sont adaptés pour les animaux de plus de 4.5 kg, bien que ce nouveau gadget fasse chaque année plus de progrès. Tel un véritable système de géolocalisation satellitaire, cette nouvelle génération de colliers permet aux maîtres de suivre en direct le parcours de leur animal, que ce soit sur ordinateur, tablette ou téléphone portable. Vous pouvez même retracer l'historique exact de ses déplacements ! Certains colliers des plus sophistiqués émettent même un signal sonore si votre animal sort de la zone de sécurité que vous aurez définie. Pratique pour retrouver chien ou chat si on est dans cadre de vie spacieux ou si l'on est un grand inquiet, le collier GPS a cependant un coût élevé (de 150 euros à 350 euros selon la marque et le modèle). Outre son tarif, d'autres s'interrogeront sur le fait de vouloir tout contrôler, même la liberté de circulation de son animal. Mais cela, c'est un autre débat. Les colliers GPS se rechargent comme un téléphone portable et ont une autonomie de 30 jours.

Ceux qui ne sont pas prêts à passer en mode Big Brother opteront pour l'alternative du collier-radar. Employé dans les parcs animaliers, il s'est popularisé pour les particuliers Le système ? Un collier-émetteur réglé sur une fréquence dans un périmètre allant de 150 à 300 mètres environ et un récepteur. Selon le type de modèle, ce dernier sera plus ou moins discret, allant de la taille d'une carte de crédit à celle d'une boîte à chaussures ! Plus votre animal est proche, plus la source lumineuse ira sur le vert ou l'aiguille du goniomètre sur le 10, en émettant un son strident. Bien moins précis que le GPS (il vous faut marcher dans le quartier pour capter la fréquence), parfois moins efficace (les murs, les portails en fer peuvent être des obstacles temporaires pour l'émetteur), le collier-radar est cependant une bonne alternative. Émetteur et récepteur fonctionnent avec piles-boutons qui consomment peu, faciles à trouver dans le commerce. Selon le type de modèle choisi, il vous faudra changer les piles de l'émetteur tous les mois. Parmi les modèles, on citera Loc8tor Pet, le plus discret et le moins cher (75 euros) et CatLocator (plus de 250 euros, sans les frais de port et la taxe douanière), plus puissant mais plus encombrant.

Pour vous procurer ces merveilles d'ingéniosité, la plupart du temps il vous faudra aller sur internet sur des sites consacrés aux nouvelles technologies, ces produits se trouvant rarement dans les animaleries.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis