Comme tous les 3e jeudi de novembre, cette année encore, on va trinquer à un nouveau millésime du beaujolais nouveau. Une occasion toute trouvée de partir sur les traces de cette région qui étend ses vignes au nord de Lyon et qui regroupe également les dix autres crus du beaujolais.

Une capitale incontournable

Pour découvrir le Beaujolais, il faut commencer par sa capitale Villefranche-sur-Saône. Villefranche est devenue la capitale économique du Beaujolais, supplantant Beaujeu, trop excentrée, avant de lui rafler la capitale politique en 1532. Bien que ceinte de remparts, Villefranche est surtout une ville-marché, ce qui explique sa configuration, dont le centre-ville témoigne encore aujourd'hui : dès l'origine, une rue orientée nord-sud en constitue l'axe principal, large pour l'époque car occupée par un marché. Cette rue centrale, débaptisée plusieurs fois au cours des siècles pour devenir la Rue Nationale - Rue Nat' pour les habitants -, est encore le pouls de la ville et c'est autour d'elle que la découverte s'articule. Quelques visites sont incontournables, comme la collégiale Notre-Dame des Marais. Faites le tour des quinze chapelles pour admirer tous les vitraux, dont le plus ancien date du XIVe siècle. Sans oublier ce grand orgue de 1834, classé Monument historique, avec ses 45 jeux, ses 2 buffets et ses 2 300 tuyaux, oeuvre de la maison Callinet. Puis, direction l'auberge de la Coupe d'Or, dont la cour date de Louis XIV, la Maison du Patrimoine et le musée des Conscrits, le musée Paul Dini, qui rassemble des artistes importants de la région, ainsi que les vieilles maisons de la ville. Enfin, dans le superbe bâtiment historique de l'hôtel-Dieu on trouve l'office du tourisme, qui vous présente la destination Beaujolais, à quelques minutes au nord de Lyon et facile d'accès depuis l'A6. Quatre territoires qui vous ouvrent les portes des plus merveilleuses découvertes. Tout peut commencer à la Maison du Tourisme, dans le Beaujolais Coeur de Ville autour de Villefranche-sur-Saône, avant de partir vers le Beaujolais des Pierres Dorées, remarquable par ses lumières posées sur des villages d'ocre jaune. Puis, on se tourne vers le Beaujolais Vignoble et ses fameux 10 crus connus dans le monde entier. Enfin, on part vers le Beaujolais Vert Nature, immense espace à l'ouest du territoire entre monts et vallées. Ici, tout est beau, tout est bon, généreux, gourmand et les lieux pour goûter à ces plaisirs sont nombreux et accueillants.

Un Beaujolais, des beaujolais

Le beaujolais, c'est avant tout des beaujolais, composés d'une gamme de vins à forte personnalité, allant du beaujolais nouveau (c'est l'appellation la plus étendue dont une partie se déguste dès novembre) aux dix crus du beaujolais (brouilly, chénas, chiroubles, côte-de-brouilly, fleurie, juliénas, morgon, moulin-à-vent, régnié, saint-amour) en passant par les beaujolais-villages (répartis sur 38 communes, ils représentent 25 % de la production totale du vignoble Beaujolais). Cette gamme homogène répond à toutes les attentes d'une consommation moderne, spontanée, et vivante et ouvre bien tous les plaisirs de la dégustation, de l'apéritif à la fête entre copains, aux repas gastronomiques.

La vérité du beaujolais n'est point littérature : elle se trouve au fond du verre, nonobstant les belles pages qui lui ont été dédiées, de Thomas Jefferson, à Colette ou Bernard Pivot  ! L'appellation beaujolais concerne essentiellement trois cantons, Villefranche, Anse et Le Bois-d'Oingt, ainsi que quelques villages des cantons de l'Arbresle et Tarare. On peut rajouter quelques parcelles en limite des communes produisant beaujolais-villages et crus, soit au total 72 communes dans lesquelles le beaujolais est la production unique pour le plus grand nombre ou association d'autres appellations beaujolaises et d'autres productions comme les fruits, le maraîchage ou la polyculture.

Plus de 2 000 exploitants

Le Beaujolais se caractérise par sa robe brillante, sa couleur entre la teinte cerise rutilante et le pourpre violacé. Friands, légers, aromatiques, fruités, bouquetés, vifs, gouleyants, ils développent des arômes très frais de raisin pressé ou de petits fruits rouges à dominante groseille cassis. L'appellation date de 1937 et la superficie travaillée par plus de 2 000 exploitants est de 9 700 ha pour une production de 640 000 hl. Chaque année, la moitié de cette production est commercialisée en beaujolais nouveau. L'appellation beaujolais villages concerne trente-huit communes qui se sont alliées, il y a cinquante ans, pour constituer la première AOC française utilisant le terme " villages ". Les beaujolais-villages s'étirent sur 30 km entre la vallée de la Saône et les monts de la Haute-Azergues et du Haut-Beaujolais. C'est le texte officiel du 21 avril 1950 qui confirme le droit à l'appellation beaujolais-villages. Sur les sols maigres, filtrants, faciles à travailler, 1 500 viticulteurs produisent 350 000 hl de beaujolais villages sur 5 700 ha, dont un tiers est commercialisé en beaujolais nouveau. La plupart de ces vins vieillissent bien et sont très prisés par les restaurateurs français. Frais, pimpants, réveillés et gaillards, malicieux et coquets, ils sont plus désaltérants que capiteux, plus discrets que pédants et plus glissants qu'importuns. L'amicale des beaujolais villages est présidée par Pierre Deshayes, viticulteur au Perréon. Quarante-deux communes à la lisière sud du Beaujolais composent officiellement la partie du Beaujolais appelée les Pierres Dorées, productrices de l'appellation beaujolais. Ici la machine à vendanger reste encore interdite car la vinification beaujolaise exige une fermentation en grappe entière. On y élabore le beaujolais nouveau et le beaujolais des quatre saisons. Cette région, entourée par la rivière Azergues, dont les collines sont d'origine sédimentaire, porte dans son sol argilo-calcaire couleur ocre jaune la fameuse pierre dorée.

À déguster frais !

Pour les beaujolais nouveaux et beaujolais-villages nouveaux, il est conseillé de les boire frais à une température de 12 °C. Les arômes et le vin en bouche sont à leur optimum d'expression. Pour les beaujolais et beaujolais-villages, il est recommandé de les boire à 13 °C-14 °C de façon à mettre en avant la richesse aromatique du cépage Gamay. Suivant sa richesse en matières, ils peuvent se garder 2 ans ou plus. Pour les crus du beaujolais, la température de 16 °C est recommandée. Cependant on peut envisager une température plus basse pour un cru de 1 ou 2 ans, 15 °C, par exemple, et légèrement plus haute pour un cru de 3 à 5 ans : 17 °C, par exemple.

 

Infos futées

 

Quand ? On peut visiter la région toute l'année, faire les vendanges au mois de septembre et déguster le beaujolais nouveau à partir du 3e jeudi de novembre.

 

S'y rendre. En voiture, en train ou en avion (via Lyon), tout est possible.

Trouvez votre vol au meilleur prix - Comparez

Louez votre voiture au meilleur prix - Comparez

 

Utile. Pour préparer au mieux son escapade.

OFFICE DE TOURISME DE VILLEFRANCHE BEAUJOLAIS - Plus d'informations sur le site

DESTINATION BEAUJOLAIS - Plus d'informations sur le site

Réservez votre hébergement aux meilleures conditions - Comparez

Obtenir un devis d'une agence locale pour un voyage sur mesure - Demander

Trouvez une activité culturelle ou sportive - Trouvez

Organiser un voyage en groupe - Demander un devis