Sports aquatiques, parcs naturels et vie nocturne ; la quatrième île de l'archipel des Bahamas par la taille, derrière Andros, Eleuthera et Great Abaco, se déploie sur 1 373 km², à environ 80 km des côtes de la Floride. Sous-exploitée jusqu'à un passé récent, l'île est devenue le deuxième pôle économique et touristique des Bahamas grâce à un boom bien géré dans la seconde moitié du XXe siècle. Les villes de Freeport, capitale, seconde ville de l'archipel et actif centre d'échanges commerciaux, et de Lucaya, Mecque du tourisme, n'offrent donc pas le charme colonial de Nassau, mais possèdent suffisamment d'atouts pour satisfaire le touriste sur quelques jours, à commencer par des prix plus abordables qu'ailleurs, et une belle offre d'excursions en tous genres : du kayak dans les mangroves aux balades en segway, en passant par les randonnées à vélo, la plongée et même la nage avec les dauphins.

Pendant longtemps, Grand Bahama Island fut l'une des haltes favorites des immenses bateaux de croisière qui sillonnent les Caraïbes, et qui déversaient des flots de visiteurs se ruant sur les bonnes affaires dans les boutiques de Port Lucaya Market Place. Malheureusement, l'ouragan Matthew, en 2016, a frappé l'île de plein fouet et son centre névralgique peine encore à s'en remettre. Les plus grands hôtels ont fermé leurs portes, les bateaux de croisières ont boudé l'escale pendant quelque temps, le Port Lucaya Market Place s'est vidé de ses principaux points de vente, et le Casino n'a jamais rouvert ses portes. Fin 2017, l'espoir revenait avec l'arrivée d'une nouvelle ligne de ferry Miami-Freeport par la compagnie FRS Carribean ; Balearia a également repris ses liaisons depuis Fort Lauderdale ; l'hôtel Grand Lucayan, quant à lui, attendait de finaliser sa vente à un grand groupe hôtelier : à suivre...

L'île en tous cas est baignée par des eaux d'un vert translucide et cristallin et offre de nombreuses plages de sable fin telles que la sublimissime Gold Rock ou même Pelican Point, la plus grande de l'île. De petits villages paisibles comme West End, la plus vieille cité de l'île et sa capitale historique officielle - un village de pêcheurs spécialistes de la pêche au lambi -, ou encore Mac Leans, à l'est, ponctuent le bord de mer. Autant de haltes où la douceur de vivre ne se dément pas. Smith's Town, Pinder's Point, Williams Town, Cooper's Town, Martin Town..., créés en d'autres temps par les familles éponymes, sont encore habités par des Smith, des Pinder, des Williams.... Les trois quarts de l'île sont recouverts de denses forêts de pins qui abritent une faune intéressante, aigrettes blanches, hérons, flamants, serpents non venimeux, et les tortues Hawksbill, une espèce en danger et protégée. L'île de Grand Bahama recense cinq parcs et réserves naturelles classés, les dernières en date étant l'est et le nord-est de l'île.

Population : 50 000 habitants.

Un peu d'Histoire...

L'île était peuplée de Lucayans à l'arrivée de Christophe Colomb qui la baptise " Gran Baja Mar ". Les Espagnols ne l'utilisèrent que comme une halte pour ses ressources en eau douce, mais ne s'y établirent pas. Les loyalistes s'y établissent au cours du XVIIIe siècle, créant de petits villages dont beaucoup portent le nom de leurs fondateurs, et les pirates la visitent régulièrement. Durant la Prohibition et la Seconde Guerre mondiale, Grand Bahama Island connaît un regain d'activité. Malgré cela, jusqu'à la moitié du XXe siècle, l'île reste peu développée. Le développement économique et touristique de l'île de Grand Bahama est en effet tout récent. Freeport, le centre névralgique de l'île et la deuxième ville des Bahamas, est une toute jeune ville sans histoire, née d'une idée du financier Wallace Groves. Il imagine la création d'un port franc avec l'appui du gouvernement qui lui offre des concessions gouvernementales sur les terrains. En 1955, l'accord Hawksbill Creek est rédigé. Il délimite les rôles respectifs du secteur privé et du gouvernement dans l'avenir de Freeport et établit les autorités portuaires de l'île. Le tourisme se développant, l'affaire devient prospère. En 1965, Groves offre à Frank Strean, un homme d'affaires canadien, un grand terrain en bord de mer à Lucaya. En contrepartie de ce don, ce dernier s'engage à y construire et à gérer deux hôtels. C'est l'époque de la création de l'Unexso, premier centre de plongée de l'île. Le port est agrandi à plusieurs reprises pour accueillir les bateaux de croisière et le trafic maritime. Aujourd'hui jusqu'à quatre bateaux de croisière peuvent y accoster en même temps, garantissant à l'île la manne touristique internationale. De grands complexes voient le jour, attirant une clientèle principalement nord-américaine et souvent familiale. L'île de Grand Bahama possède toutefois assez peu de structures de charme ou de très grand luxe comme New Providence ou certaines des îles extérieures, qui attirent une clientèle à la recherche de plus d'intimité.

Les lieux incontournables de Grand Bahama Island

Organiser son voyage à Grand Bahama Island

Photos de Grand Bahama Island

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

15.95 €
2018-04-04
264 pages
Avis