Le guide touristique JURA du Petit Futé : Histoire

Histoire

Une histoire mouvementéeHaut de page

L'histoire du Jura est aussi escarpée et variée que ses reliefs. Selon les époques, le département a connu les sommets de la gloire comme des heures sombres aussi profondes que ses gouffres, mais aussi des moments paisibles et prospères, paraissant aussi infinis et verdoyants que ses plaines... Le tout mené par de grands hommes natifs de cette contrée riche et inventive. Le Jura a gardé les traces des guerres destructrices et des alliances ingénieuses et calculées : collégiale de Dole, monastères, châteaux et vestiges attestent des mouvements de son passé. Mais le Jura fait aussi le pari de l'avenir avec son allié le plus essentiel : la nature. Fort d'un patrimoine naturel modelé par les caprices de la période jurassique, le Jura veut protéger ses montagnes et ses forêts, ses lacs et ses vallées, afin d'aller toujours de l'avant.

Quelques figures historiques marquantesHaut de page

Philibert de Chalon (1502-1530). Né au château de Lons-le-Saunier en 1502, Philibert, le dernier descendant de la famille de Chalon-Arlay, est un authentique prince du XVIe siècle. Les puissants seigneurs de Chalon régnaient sur le comté de Bourgogne et d'autres possessions voisines ou plus éloignées, jusqu'aux Flandres. Après un différend avec François Ier à propos de son titre de prince d'Orange, Philibert fait allégeance à Charles Quint et combat pour l'Espagne. Chevalier rompu aux tournois, il est, à 21 ans seulement, général de l'infanterie espagnole et reçoit le collier de la Toison d'Or. Il s'illustre au siège de Rome en 1527. Il devient vice-roi de Naples après avoir délivré la ville de l'occupation française. Mais il meurt au combat à Florence en 1530. Avec lui s'étend la lignée des princes de Chalon. Ses biens reviennent à son neveu Guillaume de Nassau dont les descendants sont... les actuels souverains des Pays-Bas !

Le capitaine Lacuzon (1607-1681). Né à Longchaumois, le valeureux Claude Prost s'illustre vaillamment pendant la guerre de Dix Ans, initiée en 1635 par le cardinal de Richelieu. Elle annonce la guerre de Trente Ans, menée par Louis XIV, pour conquérir la Comté. Lacuzon personnifie la résistance de la région. Quand la Franche-Comté devient française, il s'exile à Milan où il meurt en 1681. Son nom figure aujourd'hui dans de nombreux lieux du Jura qu'il a marqué profondément.

Pierre-François-Xavier Bouchard (1771-1822). Né à Orgelet en 1771, cet officier fut l'un des " Soldats de l'an II ". En 1799, affecté au corps expéditionnaire de Bonaparte en Égypte, il commande un détachement chargé des travaux à Rachid... que les Français prononcent " Rosette ". Là, il découvre une grande pierre de granit noir gravée de différents caractères : en grec, en écriture égyptienne cursive et... en hiéroglyphes ! La " pierre de Rosette " garde le nom du lieu, mais celui de Bouchard est oublié. Il meurt en 1822, année où Champollion déchiffre l'énigmatique écriture égyptienne.

Victor Considérant (1808-1893). Il est né à Salins-les-Bains. Polytechnicien, il rencontre Fourier à Paris, propage ses idées et son modèle de cité ouvrière idéale, et co-fonde le journal Le Phalanstère. En politique, il défend la représentation proportionnelle. En 1848, il est le seul député à proposer le droit de vote pour les femmes. Exilé sous Louis-Napoléon Bonaparte, il soutient la Commune à son retour. Son buste sculpté est érigé place des Cordeliers à Salins-les-Bains.

Jules Grévy (1807-1891). C'est à Mont-sur-Vaudrey que cet homme d'État est né en 1807 et mort en 1891. Avocat, il s'engage auprès des Républicains. Arrêté lors du coup d'État de 1851, il revient rapidement sur le devant de la scène, en étant président de l'Assemblée nationale et de la Chambre des députés. Ce républicain convaincu sera même le quatrième président de la République française (1879-1887). Mais il démissionne, suite à un scandale, une sombre histoire de trafic de décorations initié par son gendre.

Edgar Faure (1908-1988). Né en 1908 à Béziers, Edgar Faure n'était pas jurassien, mais il l'est devenu. Cet avocat, membre du parti radical, est ministre et président du Conseil à plusieurs reprises sous la IVe et la Ve République. Localement, il est surtout maire de Port-Lesney (de 1947 à 1971 et de 1983 à 1987) et de Pontarlier dans le Doubs (de 1971 à 1977). Il préside le Conseil général du Jura de 1947 à 1967. Il entre à l'Académie française en 1978 et est élu sénateur du Doubs en 1980.

PréhistoireHaut de page

Du paléolithique à Cro-Magnon. Des hommes préhistoriques ont vécu dans le Jura. Nettement plus près de nous que les dinosaures, puisque ce ne sont pas des millions d'années qui nous séparent mais " seulement " quelques dizaines de milliers. Quelques traces, et notamment des pierres taillées, ont permis aux archéologues d'identifier une occupation humaine il y a 145 000 ans. Ces hommes du paléolithique (cette période s'étend de 200 000 à 120 000 ans avant Jésus-Christ) commençaient à maîtriser le feu. Les principales découvertes ont été faites dans les grottes de Gigny et d'Arlay, ainsi qu'à Rochefort-sur-Nenon, et concernent des hommes préhistoriques plus connus  : ceux de Néandertal, qui vivaient il y a environ 30 000 ans et pratiquaient l'inhumation de leurs morts, et ceux de Cro Magnon, qui, il y a 15 000 ans, fabriquaient les premières céramiques. Rapprochons-nous encore, pour ne plus compter qu'en milliers d'années et nous voilà sur les bords des lacs de Chalain et de Clairvaux, il y a quelque 4 000 ans, à l'époque néolithique. Une société vivait là, organisée en villages.

De l'époque néolithique au Ier millénaire avant J.-C., de nombreuses flux migratoires déplacent des populations entre Asie et Europe, et, avec elles, leurs pratiques culturelles et savoir-faire techniques. C'est ainsi que le travail des métaux se développe dans la région, 900 ans avant J.-C.

500 ans plus tard, les Séquanes occupent une zone qui correspond à peu près à l'actuelle Franche-Comté. Qui sont-ils  ? L'origine exacte de ce peuple celte est méconnue. Leur nom provient d'une divinité, Sequana, qui a aussi donné son nom à plusieurs rivières (le Seine, la Saine, la Saône...) Les Séquanes s'opposent aux Éduens, installés au sud-ouest de la Saône et s'allient à des Germains, qui prennent le pouvoir dans le nord de la région tandis que les Helvètes l'assaillissent par l'Est. Arrive alors un quatrième protagoniste, et non des moindres  : Jules César. C'est alors que commence la période gallo-romaine du Jura.

Jurassique Parc

Aidé par le cinéma, l'imaginaire collectif associe volontiers Jura au jurassique et le jurassique aux dinosaures... Un peu court, mais pas tout à fait faux !

Le terme " jurassique " désigne une période géologique de l'ère secondaire (de -200 à -145 millions d'années) durant laquelle des couches successives de roches diverses se sont entassées à la faveur du retrait des mers. La présence de sel dans le sol remonte à cette époque. Dans le Jura, ces strates sont visibles, car elles ont bougé, voire basculé, plus tard, sous la poussée des glaciers, ce qui a permis d'y étudier ces phénomènes pour la première fois au XIXe siècle. Le Jura est ainsi devenu le modèle de tous les terrains " jurassiques " à travers le monde.

Et les dinosaures  ? Il y en avait bien dans le Jura à la même période. Imaginez, il y a environ 150 millions d'années : un paysage encore plat, une mer chaude, des lagunes, des bancs de sable et de vase, une terre meuble dans laquelle s'impriment en creux les empreintes des troupeaux de dinosaures qui vivaient là. Ces traces sont conservées par le dépôt de sédiments plus ou moins durs aux périodes successives, figées lors des épisodes de sécheresse. Deux sites ont récemment été reconnus dans le Jura. À Coisia, au sud du département, la " piste " des dinosaures, ébranlée par le plissement alpin, est aujourd'hui verticale. À Loulle, on a identifié des traces de petits dinosaures théropodes de 2 mètres de haut, mais aussi de grands diplodocus de 25 mètres de long pour certains. Les pistes de Loulle sont très fragiles, il est donc important de bien respecter ces traces exceptionnelles. Celle de Coisia est visible depuis le bord de la route, mais l'accès n'est pas aménagé. Soyez donc prudent  : si vous l'observez, prenez garde à la circulation  ! Sachez aussi que des ossements fossiles de platéosaurus, un gros lézard qui vivait 50 millions d'années avant les dinosaures, ont été trouvés à Lons-le-Saunier.

Des maisons et des tombes bien anciennes...

En 2011, l'Unesco a reconnu 111 sites palafittiques autour des Alpes qui datent d'entre 5 000 et 500 av. J.-C. Ce sont des endroits où l'on a découvert des traces d'habitations préhistoriques construites sur pilotis. Il y en a en Suisse, en Autriche, en Allemagne, en Italie, en Slovénie... et dans le Jura ! De nombreux vestiges (pirogues, pieux, objets divers en bois) ont en effet été découverts depuis le XIXe au bord du lac de Clairvaux et de Chalain. Entre Arbois et Champagnole, la forêt des Moidons abrite, quant à elle, 234 sépultures préhistoriques. Ces tumuli, des monticules de pierres ou de terre que nos ancêtres élevaient au-dessus des tombes, forment l'un des plus beaux ensembles funéraires de l'Est de la France. Certaines de ces nécropoles datent du XVIIIe siècle... avant notre ère !

AntiquitéHaut de page

Métissages, défrichage... Sous l'occupation romaine, les Burgondes, d'origine germanique, s'installent sur les terres séquanes. Un métissage des peuples et des cultures s'opére alors, comme en témoignent les objets, marqués des diverses influences, qui ont été retrouvés dans les cimetières mérovingiens de Crotenay et de Monnet-la-Ville. En même temps, la christianisation gagne le Jura.

Et christianisation. Des saints s'illustrent, comme l'ermite Romain et son frère Lupicin. Ils fondent les monastères de Saint-Claude et Saint-Lupicin. Ils installent aussi à La Balme une fondation pour moniales et y nomment abbesse leur soeur Yole. Ce monastère, situé sur l'actuelle commune de Pratz, à l'ouest de Saint-Claude, accueille jusqu'à 125 religieuses, puis abrite des moines durant tout le Moyen Âge. C'est aussi à Pratz qu'a été découverte une demeure rurale de l'époque mérovingienne, équipée d'une forge. Un siècle plus tard, les rois francs s'imposent dans toute la Burgondie, puis Charlemagne y étend son empire, jusqu'aux invasions barbares.

Alésia  ? Connais pas !

Un vieux débat...Est-ce dans le Jura qu'en 52 avant J.-C. se déroule la bataille d'Alésia, comme le suggèrent des érudits locaux  ? Plusieurs lieux jurassiens ont été étudiés comme sites potentiels de cet événement. Parmi eux, Chaux-des-Crotenay, dont la disposition semble correspondre aux descriptions faites par César. Mais l'archéologie officielle place toujours Alésia à Alise-Sainte-Reine en Bourgogne...

Prospérité gallo-romaine. Toujours est-il que l'occupation romaine correspond ensuite à une période de prospérité dans cette région de passage. Des vestiges en subsistent comme ceux du mont Rivel à Champagnole, un sanctuaire gallo-romain au sud du département à Villards d'Héria, ou un four de tuilier du Ier siècle de notre ère au nord à Villers-Farlay. On peut croiser aussi, çà et là, des traces d'anciennes voies romaines.

Moyen ÂgeHaut de page

Terre d'empire ou fief du duché de Bourgogne... Au Xe siècle, la Burgondie, devenue Bourgogne est partagée entre un duché et un comté. Ce dernier regroupe les pays jurassiens. " La Comté " passe sous la coupe de l'Empereur d'Allemagne en 1032. Progressivement, le pouvoir des petits seigneurs locaux s'accroît  : la dynastie des Chalon fonde la ville fortifiée de Nozeroy en 1264. Après une période de prospérité sous Philippe Le Bel, la Comté est à nouveau rattachée à la Bourgogne en dépit des seigneurs féodaux, dont la résistance est matée par Philippe le Hardi, Jean sans Peur, Philippe le Bon et Charles le Téméraire. Poligny et son château de Grimont en font les frais, tandis que le parlement de Dole voit son rôle renforcé par les ducs de Bourgogne.

Vers l'autonomie ? Envahie par Louis XI qui veut asseoir sa domination sur la Comté, la ville de Dole est incendiée, de nombreux châteaux détruits. Charles VIII, fils de Louis XI, rend la Comté à l'Autriche en 1493. Un gouverneur comtois siège à Dole et la région retrouve une certaine autonomie. En 1519, Charles Quint est soutenu par Philibert de Chalon, qui mène la campagne d'Italie, s'imposant comme un chef militaire hors pair. Philippe II, roi d'Espagne et fils de Charles Quint, puis sa fille Isabelle, épouse de l'archiduc d'Autriche, héritent de la Comté qui s'administre elle-même.

De la Renaissance à la RévolutionHaut de page

Devenu roi de France en 1589, Henri IV obtient en 1601, contre un domaine italien, des terres au sud du Jura à l'emplacement de l'actuel département de l'Ain. Il déclare la guerre à l'Espagne et même si un traité de neutralité l'empêche officiellement d'envahir la Comté, celle-ci souffre fortement du conflit.

Louis XIII lui succède en 1610. Sous son règne, Richelieu envahit la Comté en 1635, lui reprochant d'avoir donné asile à Gaston d'Orléans, l'un des pires ennemis du roi de France. Les Comtois résistent farouchement. Né dans le Jura, Claude Prost, dit le capitaine Lacuzon, devient la figure emblématique de cette lutte, interrompue en 1648. La Comté est dévastée, mais le traité des Pyrénées la redonne à l'Espagne en 1659.

Jusqu'à ce que Louis XIV la rattache définitivement au royaume de France par le Traité de Nimègue en 1678. Vauban fortifie les régions frontalières et refait les forts de Salins. Dès le début du XVIIIe siècle, l'industrie se développe  : l'énergie hydraulique des cours d'eau jurassiens alimente forges et moulins, l'exploitation du sel se mécanise et s'accroît.

De la Révolution au XXIe siècleHaut de page

En 1790, après la Révolution, la Franche-Comté est divisée en trois départements  : Haute-Saône, Doubs et Jura. Sous Napoléon, les forges jurassiennes travaillent à plein régime pour armer les troupes. Le chemin de fer a fait son apparition dans le Jura dès la fin du XVIIIe siècle, et contribue fortement à son développement économique. L'industrialisation se poursuit, l'horlogerie se développe. L'Europe connaît un nouvel " âge du fer " et le Jura fabrique des clous, des outils et diverses pièces métalliques. À Morez, au XIXe siècle, la fabrication de clous évolue vers celle des lunettes, tandis qu'à Salins, s'implantent des faïenceries. L'agriculture se développe aussi. La production de fromages et de vins se modernise et s'organise. C'est dans le Jura que naissent les premières coopératives vinicoles françaises au tout début du XXe siècle. La collecte du lait se structure, et partout dans les villages sont construits des " chalets modèles " pour abriter les " fruitières " qui transforment le lait en fromage. Les guerres ralentissent quelque peu cet essor, surtout celle de 39-45  : les Allemands occupent la Franche-Comté pour empêcher les troupes françaises de longer la frontière suisse. La ligne de démarcation traverse le Jura. Après la guerre, l'industrie renaît et le Jura connaît une période de prospérité. Dans les années 1960, un barrage hydroélectrique est construit sur l'Ain, donnant naissance au lac de Vouglans. Le Jura souffre de la crise industrielle dès la fin des années 1970. Mais le savoir-faire jurassien est encore bien vivant grâce à un artisanat d'art très développé. Enfin, le département jouit de l'exceptionnelle qualité de ses espaces naturels, qui lui permet aujourd'hui de s'engager sur la voie d'un tourisme vert (et blanc !) prometteur.

De nos joursHaut de page

Le Jura vit principalement grâce à sa forte attractivité touristique : les montagnes offrent des activités été comme hiver, le thermalisme et le tourisme vert se sont bien développés, et sa position frontalière en fait un département particulièrement bien placé. Ne se reposant pas sur ses lauriers, le Jura innove sans cesse : multiplication de festivals, d'itinéraires de randonnée, de course à pied ou à vélo... L'aéroport de Dole, inauguré en 1970, l'ouvre sur le monde et sa fréquentation est en constante augmentation. Fort de son industrie artisanale, passant du métier de bouche à la viticulture ou à l'industrie automobile, le Jura se revendique aussi comme le " Pays du Jouet ", grâce aux fabriques comme Vilac et Smoby, vigilantes face à la concurrence mondiale. Entré pleinement dans le XXIe siècle, le département prépare les innovations technologiques de demain avec la création du Centre numérique du Jura. Mais l'avenir va également de pair avec développement durable : soucieux de la préservation de son environnement, le Jura innove en la matière, inscrivant l'ensemble de ses projets dans une démarche éco-responsable.

Ailleurs sur le web
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté