Guide de NEW YORK : Les personnalités célèbres : États-Unis

Woody Allen

Pour des millions de cinéphiles dans le monde, il est le New-Yorkais par excellence : un citadin, névrosé sur les bords, intello geignard, juif errant en perpétuel questionnement qui met en images et en mots les maux de la vie urbaine. Il a la réputation de ne jamais quitter New York et vit sur la 5th Avenue dans les lourdes boiseries d'un penthouse de luxe dont les terrasses dominent Central Park. Ses fêtes du Nouvel An figurent parmi les plus courues de la ville. Woody Allen a commencé sa carrière à Brooklyn, alors qu'il était encore enfant, en expédiant des blagues d'une ligne à des chroniqueurs de la presse, du genre d'Earl Wilson, avec pour résultat d'être payé le double de la somme annoncée ! Après sa rupture avec Mia Farrow, il se remarie en 1997 avec Soon Yi Previn, la fille adoptive de cette dernière. Il a réalisé de nombreux films et joué dans un bon nombre d'entre eux. A raison d'un film par an, son rendement est sans équivalent et les succès forcément inégaux. Woody Allen a été récompensé pour Annie Hall (Oscar du meilleur film et du meilleur réalisateur), Hannah et ses soeurs (Oscar du meilleur scénario), La Rose pourpre du Caire (Golden Globe du meilleur scénario) et a remporté le César du meilleur film étranger pour Manhattan et La Rose pourpre du Caire. Si ses récents longs-métrages, Match Point, Scoop, Le Rêve de Cassandre, Vicky Cristina Barcelona, Midnight in Paris, To Rome with Love et Magic in the Moonlight ont été tournés en Europe, le réalisateur vit toujours à New York. L'un des ses derniers opus, L'Homme irrationnel (2015), est d'ailleurs tourné dans l'Etat de Rhode Island, au nord de New York et ses deux derniers films, Café Society (2016) et Wonder Wheel (2017) renouent avec la Grosse Pomme. Côté vie privée, Woody Allen est accusé par sa fille adoptive, Dylan Farrow, d'agression sexuelle lorsqu'elle avait 7 ans. Ces accusations, formulées il y a plus de 25 ans, ont resurgi en janvier 2018 dans l'ère du mouvement Me Too. Si Hollywood garde le silence et que de nombreux acteurs ont choisi de ne pas prendre position, le dernier film du réalisateur tourné en 2017, A Rainy Day in New York, pourrait ne jamais voir le jour.

Paul Auster

Cet écrivain, beau brun ténébreux, vit loin des feux de la rampe, à Brooklyn, dans le quartier de Park Slope. " Quand j'écris, je souffre comme si on m'arrachait une dent ! ", confie-t-il. Ouvrier consciencieux de la plume, auteur de polars métaphysiques, Paul Auster est un écrivain qui " pointe " chaque matin à son studio de travail. L'homme, grand et mince, a un physique de jeune premier, les yeux verts étirés vers les tempes, les cheveux noirs et drus et le sourire éclatant. Paul Auster a la réputation d'être le plus européen des romanciers américains, se plaisant à relire Pascal et Montaigne, également parce qu'il a vécu trois ans à Paris et une année dans le Var, à Aups, où il gagnait sa vie comme gardien d'une résidence. Avant de devenir célèbre, il a fait de nombreux petits boulots. Tous les livres de Paul Auster sont publiés en France aux éditions Actes Sud. Il faut lire la trilogie new-yorkaise qui l'a fait connaître, puis L'Invention de la solitude, Le Voyage d'Anna Blum, Moon Palace, La Musique du hasard, M. Vertigo... En 1991, la France le fait chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres. Une surprise totale pour Paul le discret et Auster le talentueux. En 1995, il écrit et réalise Brooklyn Boogie, la suite de Smoke, réalisé par Wayne Wang. Ce film contribue à élargir son audience. Brooklyn Follies (2005), hommage à Park Slope, son quartier de prédilection, est un succès de librairie. Et Seul dans le noir ou Invisible, publiés en 2009 et 2010, sont plus sombres... Son roman, Sunset Park (2011), a pour toile de fond New York pendant la crise financière de 2008. Il publie en 2017 son roman 4 3 2 1.

Ruth Bader Ginsburg

Ruth Bader Ginsburg, ou RBG, est l'une des neuf juges siégeant à la Cour suprême américaine. Elle occupe cette fonction depuis plus de 25 ans, ayant été nommée par le président Bill Clinton en 1993. Avant cela, celle qui voit le jour à Brooklyn en 1933 obtient un diplôme de droit à l'université de Harvard, où elle est l'une des rares femmes de sa promotion. Très engagée dans la lutte contre les discriminations envers les femmes, elle co-fonde le Women's Right Law Reporter en 1970. Deux ans plus tard, lorsqu'elle devient professeur à l'université de Columbia, elle est la première femme à y obtenir un poste de titulaire. En 1980, RBG est nommée juge au D.C. Circuit, la cour d'appel des Etats-Unis pour le circuit du District Columbia - trajectoire classique pour devenir juge à la la Cour suprême des Etats-Unis, ce qui se produit en 1993. Femme toujours en avance sur son temps et membre progressiste de la Cour suprême, elle est une véritable icône de la pop culture, à tel point que les Américains la surnomment Notorious RBG, en référence au rappeur de Brooklyn Biggie Smalls (Notorious B.I.G.). En 2018, le documentaire RBG, réalisé par deux femmes, lui est consacré. Le film On the Basis of Sex, sorti fin 2018, revient sur sa vie et sa carrière. Les juges de la Cour suprême sont nommés à vie, et RBG, aujourd'hui âgée de 85 ans, affirme ne pas avoir l'intention de prendre sa retraite avant au moins cinq ans.

Benjamin Brafman

Benjamin Brafman est un avocat new-yorkais, pour ne pas dire le meilleur avocat de New York. Né en 1948 et issu d'une famille juive orthodoxe qui a fui la Shoah, il a grandi dans les quartiers de Crown Heights à Brooklyn et Belle Harbor dans le Queens. Il a obtenu son diplôme de droit haut la main dans une université de l'Ohio et est devenu avocat pénaliste au sein d'un cabinet pendant deux ans. En 1980, il a ouvert son propre cabinet, Brafman & Associates, à Manhattan. Si son nom vous dit quelque chose, c'est parce que c'est lui qui défendait DSK lorsque ce dernier a été acquitté dans l'affaire du Sofitel en 2011. Les clients sulfureux, Brafman les collectionne. En 2001, il est parvenu à faire acquitter P. Diddy, impliqué dans une fusillade à New York, alors que des dizaines de témoins ont affirmé l'avoir vu blesser plusieurs personnes avec une arme à feux. Le rappeur Jay-Z, à qui il a évité la prison ferme alors qu'il avait poignardé un homme dans un boîte de nuit en 2001, chante ses louanges dans l'un de ses titres. Avant tout cela, il y a eu les années mafia. Aujourd'hui, c'est Harvey Weinstein, le puissant producteur hollywoodien accusé d'agression sexuelle et de viol, qui l'a choisi pour sa défense. Son charisme indéniable et sa maîtrise parfaite du contre-interrogatoire, technique qui vise à saper la crédibilité des victimes et à semer le doute sur la fiabilité des témoins, sont les clés de son succès. Son taux d'acquittement s'élève à 80 %. Estampillé "avocat des pourris", Brafman est au sommet de sa profession. Il a depuis longtemps quitté le petit appartement de Forest Hills, dans le Queens, qu'il occupait avec sa femme, pour s'installer dans l'une de ces belles demeures de Long Island.

Maria Callas

La célèbre soprano américaine, d'origine grecque, est née à New York dans un hôpital situé sur la 5e Avenue. Peu de temps après sa naissance, sa famille quitte Manhattan pour s'installer à Astoria dans le Queens, avant de revenir à Manhattan, sur la 192e Rue, à quelques blocks de la pharmacie tenue par son père. C'est dans ce quartier de Washington Heights que la petite Maria va grandir, avant de quitter les Etats-Unis pour la Grèce puis pour l'Italie. Les liens qui unissaient Maria Callas à New York ne se sont jamais rompus, ce qui explique les très nombreuses représentations de la soprano dans la Grosse Pomme.

Lena Dunham

Elle est la voix des Millennials (comprendre la génération Y, celle qui a aujourd'hui entre 20 et 35 ans). Des jeunes qui ont grandi avec la technologie, pour qui le travail n'est pas forcément la première des priorités et qui recherchent une meilleure qualité de vie avec plus de libertés dans leur vie sociale et professionnelle. La native de New York s'est fait connaître en 2010 lorsque son premier film, Tiny Furniture, réalisé à seulement 24 ans, a connu un franc succès dans le circuit du cinéma indépendant américain. Elle y incarne Aura, jeune femme qui vient de finir ses études et retourne vivre chez ses parents en attendant de trouver une vocation et un travail. Une situation commune à nombre de Millennials des grandes villes, qui peinent à entrer sur le marché du travail. Deux ans après, sa popularité a explosé lors des débuts de la série qu'elle a écrite, réalisée et dans laquelle elle interprète l'un des rôles principales, Girls. Cette série diffusée sur la chaîne du câble HBO, inspirée de sa propre vie et de celle de ses amis, suit un groupe d'amis à Brooklyn entre dates, petits boulots et soirées trop arrosées. Une version plus réaliste et plus cruelle de Friends en quelque sorte ! Elle a publié en 2012 une autobiographie, Not That Kind of Girl qui a assis un peu plus son statut de porte-drapeau d'une génération un peu perdue, parfois désabusée et irrémédiablement hédoniste. Elle apparait en 2017 dans un épisode de la série American Horror Story : Cult.

Jay-Z

Le roi de New York, c'est lui ! Shawn Carter, alias Jay-Z, est la star incontestée des jeunes New-Yorkais depuis quelques années déjà. Sa vie ressemble à un dream come true comme seuls les Etats-Unis en font. Né en 1969 à Brooklyn, élevé par une mère célibataire dans les sinistres Marcy Projects de Brooklyn, dealer de cocaïne et de crack à l'adolescence, il est aujourd'hui à la tête d'un des grands empires de l'entertainment américain, empire qu'il détient à presque 100 %. Très doué pour le rap, il écume les scènes underground dans les années 1990 et commence à se faire un nom dans le milieu hip-hop de New York via ses apparitions en radio amateur et ses mixtapes (freestyles enregistrés sur cassette et vendus chez les disquaires spécialisés). Il décide en 1996 de créer avec deux associés sa propre maison de production artisanale : Roc-A-Fella Records. Après quelques singles distribués personnellement, au succès confidentiel mais certain, il trouve une bien meilleure distribution pour ses disques auprès de Priority Records. Son premier album sort en 1996. Reasonable Doubt marche... raisonnablement. Mais, par son aboutissement artistique, il assoit son nom comme une des valeurs montantes du hip-hop et s'attire les faveurs de nombreux artistes à succès. Son deuxième album, In My Lifetime, sort en 1997 et atteint la 3e place du top des ventes. Universal lui fait un pont d'or pour distribuer ses disques. Ce sera ensuite l'escalade, tous ses albums (un par an) deviendront disque de platine (1 million de disques vendus aux Etats-Unis), double ou même triple platine. Ses talents d'artiste suscitent le respect de l'underground comme des masses. Son label grossit, il fait signer de jeunes talents qui deviennent des stars dans son écurie, Roc-A-Fella (Freeway, Memphis Bleek, etc.), ou dans d'autres labels qu'il dirige (Rihanna sur Def Jam). Il lance sa marque de vêtements, Roc-A-Wear, qui devient n° 1 des marques de streetwear en un an. Jay-Z connaît bien la rue, son agence de street marketing travaille pour toutes les grandes marques qui draguent la jeunesse (Nike, NBA, etc.). Il parie sur l'explosion des DVD et produit des films blacks à petit budget où les bandes-son servent à tester et à promouvoir ses derniers morceaux du label. Dès 2000, Jay-Z est multimillionnaire. Après son annonce choc en 2003 d'arrêter de faire de la musique pour se consacrer au cinéma, Jay-Z opère vite un retour sur la scène musicale sous son vrai nom, Shawn Carter. En 2010, son tube Empire State of Mind s'impose comme un véritable hymne à la ville de New York. Jay-Z diversifie de plus en plus ses activités. Engagé politiquement, il dîne chaque année avec Barack Obama. Le rappeur a également beaucoup oeuvré à l'arrivée à Brooklyn de l'équipe de NBA des Nets. Ambassadeur de l'équipe, Jay-Z a néanmoins vendu ses parts du club et n'est plus l'un des propriétaires, mais on le voit régulièrement dans les gradins en compagnie de sa femme Beyoncé Knowles. Il sort en 2017 un nouvel album intitulé 4 : 44 avec le titre très polémique The Story of O.J., deux semaines avant qu'O.J. Simpson, le célèbre footballeur afro-américain emprisonné pour avoir prétendument assassiné sa compagne, soit libéré. La même année, il devient le premier rappeur à être intronisé au Songwriters Hall of Fame, qui récompense les meilleurs compositeurs de l'histoire.

Lady Gaga

De son vrai nom Stefani Germanotta, Lady Gaga est aujourd'hui l'une des artistes les plus célèbres au monde. Née à New York, elle a grandi dans l'Upper West Side et a étudié à la New York University Tisch's School of Art. Elle a finalement arrêté son cursus scolaire pour se consacrer à la musique. Pendant plusieurs années, la jeune chanteuse se produisait dans les bars du Lower East Side, espérant se faire repérer. C'est aussi dans ce quartier qu'elle habitait au 176 Stanton Street. Lorsque l'appartement, qui ne comprend qu'une chambre, était à louer fin 2011, le loyer mensuel s'élevait à 1 850 US$. La jeune artiste se produisait notamment avec le SG Band, un groupe qu'elle avait formé avec des amis de la New York University, au bar The Mercury Lounge, ou au Bitter End, à Greenwich, comme l'atteste une vidéo disponible sur Youtube. Son personnage de Lady Gaga est inspiré de Lady Starlight, une chanteuse glam burlesque dont la jeune New-Yorkaise a fait la connaissance à un concert. La carrière de Lady Gaga s'est réellement envolée en août 2008, à la sortie de son premier album The Fame. Just Dance et Poker Face, les singles tirés de l'album, sont instantanément devenus des hits planétaires. L'artiste a depuis sorti quatre albums et continue de fasciner pour ses musiques parfois expérimentales et pour ses tenues toujours plus déjantées. Adulée par la communauté gay, Lady Gaga s'est aussi engagée politiquement en faveur de la loi Don't ask, don't tell en 2010, qui interdisait notamment le harcèlement des homosexuels dans l'armée. La chanteuse a reçu la reconnaissance de sa ville lorsqu'elle a été invitée à chanter en novembre 2014 pour l'illumination du sapin de Noël à Rockefeller Plaza, une grande tradition à New York.

Plus discrète sur scène, la chanteuse s'est lancée dans le cinéma avec succès. Après quelques apparitions dans des publicités, elle se retrouve au casting de la série à succès American Horror Story. Son étonnante prestation, dans la peau d'une vampire, lui permet de remporter un Golden Globe en 2016. La même année, Lady Gaga est invitée à chanter l'hymne national lors du Superbowl, la finale qui oppose les deux meilleures équipes de football américain et le programme le plus regardé de l'année aux Etats-Unis. Saluée par tous, sa performance lui vaut d'être invitée à chanter à la mi-temps lors du Superbowl de 2017, une reconnaissance majeure donnée aux plus grands artistes. En 2018, alors qu'elle prépare son sixième album, elle est à l'affiche du film A Star is Born, aux côtés de Bradley Cooper.

Rudolph Giuliani

Personnage ambivalent s'il en est, Rudolph dit Rudy Giuliani ne laisse personne de marbre à New York. ll est le maire de la ville lorsque les tours jumelles s'effondrent le 11 septembre 2001. Pendant ces événements tragiques, il se distingue par son leadership à toute épreuve, qui lui vaut d'être nommé homme de l'année par le Time Magazine, dont il fait la couverture. Né à Brooklyn de parents ouvriers d'origine italienne, Rudy commence sa carrière en tant que procureur, à Washington D.C. puis à New York. Souvent qualifié d'incorruptible, il est connu pour ses méthodes autoritaires, qui deviennent franchement brutales lorsqu'il est élu maire de New York en 1994, grâce à une campagne axée sur la lutte contre la criminalité. A cette époque, la ville de New York, gangrenée par le crime, la drogue, la corruption et la prostitution, a tout d'une pomme pourrie. Une forte répression et une présence policière accrue sont ses armes de prédilection. Si sa politique de la tolérance zéro, renforcée par le responsable de la police William Bratton et inspirée de la Broken Windows Theory, lui est souvent reprochée, les résultats sont pourtant là : la criminalité chute de manière vertigineuse. Si Giuliani est l'homme qui a nettoyé New York, il est aussi un allié historique de Donald Trump et il se montre très investi pendant sa campagne présidentielle. Faute de devenir le nouveau ministre de la Justice, rôle pour lequel il est pressenti, il rejoint en avril 2018 l'équipe d'avocats de Trump dans l'affaire de l'ingérence russe.

Stan Lee et Jack Kirby

Stan Lee et Jack Kirby, pionniers et légendes de l'univers des comics, sont tous deux nés à Manhattan, le premier en 1922 et le second en 1917. Originaire d'une famille très modeste, le jeune Stan Lee ne va pas à l'université et enchaîne les petits boulots jusqu'à décrocher en 1939 un poste d'assistant au sein de Timely Comics, l'ancêtre de Marvel. C'est ici, dans un building de Midtown, que sa route croise celle de Jack Kirby, un fils d'émigrés juifs autrichiens déjà connu dans le milieu. Il devient son assistant puis, lorsque Kirby est congédié pour avoir travaillé avec la concurrence, Lee obtient un poste d'éditeur et fait ses début sur le troisième numéro de Captain America, fraîchement créé par Kirby. A son retour de la guerre, lassé des scènes de combats répétitives et des personnages creux qui font le succès des comics de l'époque, Lee songe à changer de métier. Mais plutôt que de tirer un trait sur sa carrière d'éditeur, il décide de lancer sa propre série de comic books, qu'il crée avec Jack Kirby en 1961 : c'est ainsi que naissent Les Quatre Fantastiques. Ensemble, Lee et Kirby donnent vie à plusieurs centaines de personnages, des héros complexes et faillibles qui deviennent de véritables icônes de l'univers Marvel, à grand renfort de dialogues irrévérencieux et remplis d'humour qui s'éloignent des clichés du genre. Spider-Man, Hulk, Iron-Man, Thor mais aussi les X-Men, sont leurs créations. A partir des années 1980, " Stan the Man " se spécialise dans l'adaptation de comics au cinéma et à la télévision. Kirby quitte Marvel dans les années 1980 et meurt d'une crise cardiaque en 1994 dans sa résidence californienne. Aujourd'hui, le succès des Marvel sur le grand écran est plus retentissant que jamais et donne une second souffle aux super-héros. Black Panther, basé sur le personnage créé par Lee et Kirby en 1966, cartonne lors de sa sortie au cinéma en 2018, engrangeant plus d'un milliard et demi de dollars. Jusqu'à la fin de sa vie, Stan Lee fait une apparition dans chaque nouveau Marvel qui sort au cinéma, donnant lieu à des caméos devenus cultes. Décédé en novembre 2018 à l'âge de 95 ans, il laisse derrière lui un héritage immense et un univers d'une richesse incroyable, résultat de sa collaboration avec Kirby, qui n'a pas fini de nourrir les imaginaires.

Norman Mailer

Romancier, réalisateur et acteur, Norman Mailer a grandi dans le quartier de Crown Heights, à Brooklyn, au sein d'une famille bourgeoise juive. A seulement 25 ans, et alors qu'il étudie à la Sorbonne, il publie le best-seller Les Nus et les Morts, où il raconte son expérience de la guerre du Pacifique. Une des audaces de ce livre consistait à employer le mot " fuck ". Après trois décennies de travail pour survivre à sa réputation, sans oublier deux tentatives de mise en scène pour le cinéma, il est resté comme un auteur de référence traitant de sujets de plus en plus abstraits. Parallèlement à son activité d'écrivain et réalisateur, il s'engage politiquement et défend les valeurs du Parti démocrate. En 1969, il se présente avec un programme libertarien à la primaire démocrate pour l'élection municipale de New York, où il ne finit que quatrième sur cinq. Jusqu'à sa mort, il restera l'un des artistes les plus écoutés et engagés sur des sujets aussi variés que la Guerre Froide, à laquelle il s'opposait, et la liberté d'expression des artistes en Iran. En mars 2006, l'écrivain reçoit la Légion d'honneur à l'ambassade de France aux Etats-Unis, pour ses liens avec notre pays et sa longue carrière d'écrivain. Celui qui a remporté deux fois le prix Pulitzer et qui était vivement opposé au président George W. Bush s'est éteint le 10 novembre 2007 à l'âge de 84 ans.

Lin-Manuel Miranda

La star de l'année 2016 sans aucun doute. Méconnu en France, cet auteur-compositeur, parolier et rappeur américain a fait la une du numéro spécial du magazine Time de 2016 qui liste les 100 personnalités les plus influentes de l'année. Les fans de comédies musicales le connaissent depuis 2007 lorsque Lin-Manuel Miranda a écrit puis joué off-Broadway, puis sur Broadway, Washington Heights, une pièce autobiographique sur sa jeunesse dans ce quartier du nord de Manhattan. Le natif de New York a obtenu la consécration nationale neuf ans plus tard grâce au succès gigantesque de sa pièce Hamilton qui retrace l'histoire des Pères fondateurs de l'Amérique tout en hip-hop ! Récompensée d'innombrables prix, la comédie musicale dont les représentations sont affichées complètes un an et demi à l'avance a reçu l'acclamation du tout-Hollywood et de la classe politique, à commencer par l'ancien président Barack Obama, qui avait invité Lin-Manuel Miranda à la Maison Blanche. Ses textes écrits pour Hamilton sont aujourd'hui enseignés en classe dans les cours d'histoire. Son influence est telle, que le succès de sa pièce a sauvé la tête d'Alexander Hamilton qui devait être retiré du billet de 20 US$ ! Mais devant la popularité renaissante de ce Père fondateur, le Département du Trésor a préféré ne pas changer le billet, de peur de provoquer un tollé. Il jouera le rôle de Jack dans le film Mary Poppins Returns qui sort fin 2018.

Robert De Niro

Pur produit de New York, fils d'Italo-Américains tendance arty (Robert de Niro Sr. et Virginia Admiral sont des artistes touche-à-tout : peinture, sculpture, poésie), De Niro est né en 1943 et grandit à Little Italy, où il fait les 400 coups avec des petits gangs de quartier. Le métier d'acteur l'attire assez tôt : il joue dans L'Ours de Tchekov à 16 ans. Une révélation personnelle qui le mènera dans une tournée ininterrompue de 15 ans à New York entre cabarets, dîners spectacles et pièces de théâtre off-Broadway. Il suit à cette époque les cours de Stella Adler et de Lee Strasberg, les instigateurs du method acting, élément fondateur de l'Actor's Studio. Il débutera au cinéma dans The Wedding Party, Greetings et Hi, Mom !, trois films réalisés par Brian De Palma qui ne resteront pas dans les mémoires. Il remporte le prix de la Critique new-yorkaise en 1973 avec son interprétation d'un champion de base-ball dévoré par la maladie (Bang the Drum Slowly). C'est l'année de Mean Streets, la première collaboration avec Martin Scorsese qui met en scène les déambulations nocturnes de De Niro et de Harvey Keitel dans les rues vénéneuses de New York. Le duo Scorsese-De Niro s'associera pour huit films dont beaucoup sont des chefs-d'oeuvre : Taxi Driver (Oscar du meilleur film 1976 pour Scorsese), Les Affranchis ou Raging Bull. Pour son interprétation du champion de boxe Jake La Motta, il prend 30 kg entre le début et la fin du film, cela lui vaudra l'Oscar du meilleur acteur en 1980. Auparavant, son rôle du jeune Vito Corleone dans Le Parrain II de Francis Ford Coppola (1974) révèle tout son talent au grand public. Les rôles légendaires du New-Yorkais sont nombreux et évocateurs : le conquistador repenti de Mission, le vétéran du Vietnam de Voyage au bout de l'Enfer, le diabolique Louis Cyphre d'Angel Heart, un monomaniaque Al Capone dans Les Incorruptibles, etc. Aujourd'hui, le meilleur de sa carrière est certainement derrière lui, mais quel palmarès ! Entre-temps et depuis, il a monté une maison de production (TriBeCa), un festival pour les jeunes cinéastes (TriBeCa Film Festival) et s'est associé à quelques restaurants en vue du quartier de... TriBeCa.

Cynthia Nixon

Celle que l'on connaît surtout pour son interprétation de Miranda Hobbes dans la série à succès Sex & the City est une New-yorkaise pur jus. Née à Manhattan en 1966, elle fait ses débuts sur Broadway dans les années 1980 et alterne pièces de théâtre et petits rôles dans des séries télévisées, jusqu'à décrocher le gros lot en 1998 : elle est choisie pour interpréter l'un des personnages principaux dans Sex & the City, performance qui lui permettra de remporter un Emmy Award en 2004. Militante pour les droits des homosexuels, elle s'engage peu à peu en politique et se bat pour la légalisation du mariage gay. Lorsque la loi est adoptée dans l'Etat de New York en 2011, elle épouse sa compagne de huit ans, avec laquelle elle fonde une famille. La promotion de l'éducation publique, dont elle déplore le manque de ressources, est un autre de ses combats. En 2017, à l'occasion de Women's March à New York, elle prononce un discours remarqué contre le président Donald Trump et sa politique à l'égard des minorités. En mars 2018, elle annonce sa candidature à l'élection primaire démocrate pour le poste de gouverneur de l'Etat de New York. Malgré sa popularité auprès des New-Yorkais, les électeurs démocrates, sans doute inquiets de son manque d'expérience et échaudés par l'élection de Trump, votent à 75 % pour l'actuel gouverneur Andrew Cuomo.

RZA

Certainement le plus grand producteur de hip-hop de tous les temps. Un artiste visionnaire et prolifique, intouchable dans un univers artistique qu'il a créé et que des centaines d'artistes ont copié sans jamais égaler. Né à Brooklyn, élevé dans les cités les plus sordides de Staten Island, il est l'homme d'un plan qui a changé à jamais la face du hip-hop. Il recrute 10 MC's dans sa famille, ses amis, ses connaissances. Des gens qu'il rassemble pour leur personnalité, l'originalité de leur voix et de leurs phrasés. Il les fait adhérer à son projet : le Wu-Tang Clan. 1993, c'est l'époque de la côte ouest et du gangsta rap roi, celui de l'outrance, de la violence. RZA débarque avec un album collectif qu'il produit entièrement. Il revient aux sources du hip-hop et des vieux breakbeats granuleux et a recours à des paroles d'une profondeur et d'un mysticisme hypnotiques. Un ovni musical qui va changer la face du hip-hop. D'autant que RZA avait tout prévu. Dans le contrat signé avec la maison de disques, chaque artiste du Wu-Tang est libre de signer en solo avec le label de son choix. Pour ne pas être prisonnier d'une seule et même maison, et pour inonder le marché. Beaucoup d'albums solos des membres du Wu sont prêts et produits de main de maître par RZA. Ce sera la déferlante, des albums qui sont aujourd'hui pour la plupart devenus des classiques du hip-hop. Une déferlante qui marche par cycle : un album du groupe, une succession d'albums solo, un nouvel album du groupe et de nouveaux solos. Les anonymes de Staten Island sont aujourd'hui des stars très demandées. Touche-à-tout de génie, personnage médiatique, mais très secret, voire insaisissable, RZA garde toujours une longueur d'avance et poursuit une carrière qui n'est pas près de s'arrêter... En septembre 2017, le Wu-Tang Clan sortait un nouvel opus The Saga Continue, produit par RZA.

Martin Scorsese

Né à Flushing (Queens) et élevé à Little Italy (comme Robert De Niro, ce garçon timide qui deviendra son acteur fétiche), Martin Scorsese, asthmatique et souvent malade, se passionnera de cinéma pour occuper sa solitude. Après s'être fait renvoyer du séminaire où il avait débuté pour rentrer dans les ordres, il s'inscrit à la prestigieuse école de cinéma de New York University. Cinéphile invétéré, il est fasciné aussi bien par Alain Resnais que par John Ford et Antonioni. Scorsese navigue sans cesse entre le bon garçon (sa mère apparaît dans presque tous ses films) et le cinéaste à l'inspiration torturée. Nombre de ses collaborations avec De Niro font partie de l'histoire du cinéma (Raging Bull, Taxi Driver, Mean Streets, Les Affranchis), mais, derrière la reconnaissance de la critique et des amateurs, Scorsese stigmatise la lutte perpétuelle du metteur en scène qui porte ses projets sur ses épaules contre les studios et les financiers du cinéma. New York, New York coûtera très cher, dépassera son budget et sera un échec artistique (assumé par l'intéressé, même si largement imputable à la constante lutte d'influence avec la production sur le scénario) et commercial. Sa carrière est dans l'impasse au milieu des années 1980. Par conséquent, il accepte des commandes comme La Couleur de l'argent, pour Disney (un succès commercial), et le clip vidéo de Bad, pour Michael Jackson. Il se refait une virginité auprès des décisionnaires de l'industrie et peut dès lors réaliser son rêve d'enfance : La Dernière Tentation du Christ. Un film très controversé, même par ses proches (De Niro refusera le rôle de Jésus interprété in fine par Willem Dafoe), mais qui annonce son come-back. Suivront Les Affranchis, Cape Fear et Casino, des films aboutis qui confortent sa crédibilité à Hollywood. Entre-temps, il réalise des sujets plutôt confidentiels, mais qu'il porte en lui : L'Age de l'innocence, un documentaire en deux volets de 3 heures sur l'histoire du cinéma américain et Kundun, qui raconte l'histoire du Dalaï-lama (il est d'ailleurs toujours interdit de séjour en Chine à ce jour). Après 25 ans de bataille continue, Gangs of New York (tourné à Cinecitta) voit enfin le jour. Aviator suit, toujours avec Leonardo Di Caprio qui, malgré sa remarquable prestation, ne sauve pas le film. Ce qui ne décourage pas Scorsese, qui décroche l'Oscar du meilleur film avec son acteur fétiche en 2007, grâce au thriller Les Infiltrés. Infatigable combattant d'un cinéma personnel dont il porte l'étendard avec conviction, faisant fi des vents contraires, Scorsese s'intéresse à des sujets éclectiques, comme en témoigne la série de films documentaires sur le blues et son magnifique hommage aux Rolling Stones dans le dynamisant Shine a Light. Son avant-dernier film, Le Loup de Wall Street, revient sur la vie et la carrière mouvementées du trader Jordan Belfort et sur ses folles nuits new-yorkaises. Silence (2016) est son dernier film en date. En 2019 sortira The Irishman, film sur la mafia avec Robert de Niro et Al Pacino en tête d'affiche.

Jerry Seinfeld

Relativement peu connu en France, Jerry Seinfeld est pourtant une personnalité extrêmement populaire aux Etats-Unis. Comédien, humoriste, producteur et auteur, il s'est fait connaître en interprétant le personnage principal dans Seinfeld, sitcom hilarante dont l'histoire se déroule à Manhattan, devenue l'un des plus gros succès télévisuels des Etats-Unis. Né à Brooklyn et détenteur d'un diplôme en théâtre et communication au Queens College, il est le petit-fils d'un immigrant juif autrichien débarqué à New York par le port d'Ellis Island à l'âge de quinze ans, sans un sou en poche. Après le succès retentissant de Seinfeld, il remonte sur les planches avec son one-man-show I'm Telling You for the Last Time (1998). Il enchaîne les spectacles et les apparitions dans des séries télévisées, jouant souvent son propre rôle, et prête sa voix à un personnage du film d'animation Bee Movie : Drôle d'Abeille en 2007. Il se produit pour la première fois en France en 2011, sur l'invitation de Gad Elmaleh (qui est d'ailleurs soupçonné de lui avoir emprunté quelques blagues à ses débuts). En 2017, la série Comedians in Cars Getting Coffee, qu'il a créée en 2012 pour le web, est diffusée sur Netflix.

Al Sharpton

On pourrait dire de ce pasteur baptiste qu'il a une grande gueule et une manie qui consiste à se placer le plus près possible d'une ambulance dès qu'éclate un incident dans la guerre raciale latente qui menace New York. Les New-Yorkais racontent l'histoire d'un individu peu recommandable qui avait l'habitude de se placer à un coin de rue près du cortège d'une manifestation et qui engageait un débat impromptu avec un manifestant. Peu lui importait le camp, sa tactique consistait à mettre hors de lui son interlocuteur pour se faire frapper. Alors il le faisait arrêter et poursuivre. C'est comme ça qu'il gagnait sa vie... Le pasteur Al Sharpton n'opère guère d'une manière différente : en 1990, il emménageait dans une grande maison de banlieue. Les événements des années 1999-2000 suite à l'affaire Amadou Diallo ont favorisé la montée des tensions raciales. Depuis lors, Al Sharpton se montre très déterminé face aux injustices, s'opposant même physiquement aux forces de l'ordre et n'hésitant jamais à battre le pavé avec les autres manifestants. Figure de proue des minorités, il milite activement en leur faveur, et s'est même présenté à l'élection présidentielle de 2004, dans un climat social sourdement orageux qui n'est, semble-t-il, pas près de changer. Proche du maire de New York Bill de Blasio, et toujours très présent devant les caméras de télévision lors des bavures policières et des conflits raciaux, il est souvent à la une des tabloïds new-yorkais, pour qui il est une cible de choix.

Donald Trump

Magnat de l'immobilier, star de l'émission de télé-réalité The Apprentice, grand pourfendeur de Barack Obama et idole de la droite ultra-conservatrice américaine, Donald Trump a porté bien des casquettes, jusqu'à celle inattendue de président des Etats-Unis ! Intronisé le 20 janvier 2017, le natif du Queens a été élu à la tête du pays le 8 novembre 2016, au terme d'une campagne âpre avec sa rivale démocrate Hillary Clinton. Pourtant, rien ne prédestinait Donald Trump à remporter la course à la Maison Blanche. Profitant de sa popularité grâce à son émission de télévision et son charisme, il s'était essayé à plusieurs reprises à la politique dans le passé, sans résultats. D'abord proche du parti démocrate, il rejoint le parti républicain sous la présidence de Ronald Reagan, un homme qu'il admire et avec qui il a beaucoup de points communs : son parcours à la télévision, sa croyance dans le système capitaliste, et sa haine du "politiquement correct". Après avoir songé à se présenter aux primaires républicaines en 1988, il décide de quitter le parti de droite pour rejoindre les réformistes, qui se veulent hors-système et se définissent comme une alternative aux deux grands partis américains. Mais Donald Trump n'obtient pas l'investiture de ce parti pour l'élection de 2000, et, vexé, il retourne chez les démocrates. Pour l'anecdote, il participera au financement de la campagne pour les primaires démocrates d'Hillary Clinton en 2008, qu'elle perd face à Barack Obama. L'élection du 44e président américain marque un tournant pour Donald Trump, qui dès lors affiche de la sympathie pour les thèses d'extrême-droite. Dès l'année 2009, il retourne chez les républicains et créé la polémique lorsqu'il annonce, sans preuves, que Barack Obama a falsifié son acte de naissance et n'est pas né aux Etats-Unis mais au Kenya, terre de son père. Après avoir un temps envisagé de se présenter à la primaire républicaine de 2008, il se lance pour de bon en 2012, conscient qu'aucun des candidats déclarés n'est populaire au sein de l'électorat républicain. D'abord considérée comme farfelue par les médias et son parti, sa candidature prend de l'ampleur alors qu'il se maintient en tête des sondages semaine après semaine. Contre toute attente, Donald Trump remporte aisément la primaire républicaine. A New York, il arrive en tête avec 61 % des suffrages, remportant tous les counties (préfecture) de l'Etat, excepté celui où il réside, Manhattan ! Plus que ses idées politiques - qui reprennent les thèmes traditionnels du Tea Party, l'aile droite des républicains -, ce sont ses dérapages constants sur la place des femmes, les immigrants, les hispano-américains, les homosexuels qui l'ont placé au coeur de l'actualité politique. Donald Trump choque l'Amérique pour ses discours sans aucun filtre, qui seraient condamnables en France pour les propos racistes, xénophobes, et homophobes qui y sont tenus. Après une campagne qui l'a vu en difficulté dans les débats, il déjoue tous les pronostics et remporte l'élection pour ce qui reste la plus grande sensation de l'histoire de la politique américaine. Alors qu'il récolte plus d'un million de voix de moins qu'Hillary Clinton, il remporte une majorité des Etats, 30, et 306 grands électeurs contre 232 pour sa rivale. S'il plaît tant à une partie de l'Amérique, c'est pour son image de self-made man anti-élites, symbole de l'American Dream, qu'il s'est construit au fil de sa carrière. Une image pourtant bien loin de la réalité. Le natif du Queens a fait fortune dans l'entreprise immobilière de son père, un millionnaire qui possédait de très nombreux buildings dans le Bronx, le Queens et à Staten Island. Donald Trump a fait fructifier l'entreprise en investissant dans des grands projets luxueux à New York, Atlantic City puis à Las Vegas. Il connaît néanmoins de nombreux problèmes financiers dans sa carrière et déclare faillite à plusieurs reprises pour éponger ses dettes. Aujourd'hui encore, Donald Trump, rougeaud à la mèche volumineuse, détient de nombreux immeubles à Manhattan : Grand Hyatt, Trump Tower, Trump World Tower (à côté de l'ONU), Trump Place (à côté de l'Hudson), et Trump International Hotel, à Columbus Circle - entre autres.

A mi-mandat, une grande partie des promesses de campagne de Trump n'ont pas vu le jour, de l'abrogation rejetée par le Sénat de l'Obamacare à l'échec du Travel Ban, en passant le projet encore vague de construction du mur frontalier entre le Mexique et les Etats-Unis. Le Russiagate laisse aussi des traces sur le plan intérieur, tandis que ses positions à l'emporte-pièce sur des sujets internationaux sensibles, comme le statut de Jérusalem, inquiètent la communauté internationale. Pourtant, son comportement rentre-dedans et peu soucieux de la critique permet parfois de débloquer certains dossiers délicats. Après un démarrage houleux, Trump est parvenu à renouer le dialogue avec la Corée du Nord. Au nombre de ses réussites personnelles, citons également un bilan économique plus qu'encourageant, bien loin du fiasco annoncé par ses détracteurs : depuis l'arrivée de Trump au pouvoir, la croissance est en hausse et la bourse de New York bat des records. Cependant, les réformes prises par le président n'ont fait qu'augmenter l'endettement de l'Etat, et certains craignent un retour de manivelle.

Tom Wolfe

Célébrissime, non seulement pour son oeuvre, mais aussi pour ses costumes blancs crème et ses chapeaux qui ne le faisaient pas passer inaperçu dans les réunions mondaines, ce romancier venu du journalisme a écrit une série de best-sellers : Acid Test, L'Etoffe des héros, Le Bûcher des vanités, et I Am Charlotte Simmons. Résident de l'Upper East Side, Tom Wolfe se qualifiait volontairement de réactionnaire pour épingler la décadence des riches et pour tourner en dérision les gauches imitations des nouveaux riches. Décédé en 2018 à l'âge de 88 ans, le pionnier du nouveau journalisme laisse derrière une réputation, savamment entretenue, de dandy provocateur.

Adresses Futées de NEW YORK

Où ?
Quoi ?
Avis