Guide de NEW YORK : Cuisine new yorkaise

Produits caractéristiques
<p>Eggs benedict.</p>

Eggs benedict.

La gastronomie occupe une place très importante dans la vie des Américains, qui mangent de tout, à toute heure, et n'hésitent pas à multiplier les snacks dans la journée... Cela est peut-être un peu moins vrai pour New York, car la plupart des New-Yorkais sont sensibles à leur ligne et n'ont pas résisté à l'appel du bio mais tout de même... Il n'y a pas de doute, les portions sont plus généreuses qu'en France - tasses de café, pots de yaourt, parts de pizza, canettes de bière, tout paraît gigantesque à qui vient de la vieille Europe. En revanche, bon nombre de ces produits sont low fat, fat free, sugar free, low sodium, diet, cholesterol free, etc. Et chacun signale scrupuleusement à l'acheteur son apport calorique, protidique, glucidique, lipidique, vitaminique, etc. Ici, la spécialité locale c'est la world food, avec plus de 10 000 restaurants et un mélange des cuisines du monde entier. La diversité culturelle de la ville est aussi dans les assiettes. On mange de tout à toute heure et partout, y compris dans la rue. Entrez, vous serez servi, en général vite. Si vous voulez absolument faire l'expérience d'un grand établissement ou de tout autre restaurant très branché, il vous faudra nécessairement sacrifier au rituel des réservations.

Des spécialités new-yorkaises

Bagel. Pour déguster ce " pain " new-yorkais, présentée sous forme d'anneaux et le plus souvent dégusté avec du cream cheese, de la confiture ou avec des oeufs et du bacon, allez chez Absolute Bagels (dans le quartier d'Upper West Side et Morningside Heights), les meilleurs de la ville dit-on. Certaines adresses comme H&H (Upper West Side et Morningside Heights) ne vendent que le petit pain quand d'autres, comme Murray's (Chelsea), vendent également la garniture, salée ou sucrée. Sachez que tous les delis et les cafés en proposent le matin.

Hot Dog. Inventé par Charles Feltman en 1867, et commercialisé pour la première fois à Coney Island sous le nom de " Coney Island Red Hots ", le hot dog se trouve aujourd'hui à tous les coins de rues de Manhattan. Avec des oignons cuits, du ketchup ou de la moutarde ou carrément les deux, ils s'avalent en quelques bouchées. Attention, quand on en a mangé un, on a envie d'un deuxième. Ils sont distribués par des vendeurs ambulants qui proposent aussi boissons, pretzels et autres friandises. Prix moyen du délice : 3 US$. Dans les lieux touristiques (Times Square, vers les musées, les parcs), certains vendeurs demandent 5 US$ lorsqu'ils s'aperçoivent qu'ils ont affaire à des touristes. C'est d'ailleurs pour ça que vous ne verrez aucun prix affiché. N'hésitez-pas à " imposer " votre prix avant de commander en demandant par exemple " It's 3 US$ for a hot dog, isn't it ? "

Eggs Benedict. Grand amateurs de plats aux oeufs pour le breakfast et le brunch, les New-Yorkais raffolent tout particulièrement des oeufs Bénédicte. Il s'agit d'oeufs pochés, servis sur un toast, accompagnés de bacon, et d'une sauce hollandaise. La légende voudrait qu'un client de l'hôtel Waldorf à New York ait un jour commandé tous ces ingrédients, donnant au maître d'hôtel Oscar Tschirky l'idée d'en faire un plat a part entière.

Bloody Mary. Pour accompagner tous ces mets plutôt lourds, rien de mieux qu'un Bloody Mary, une boisson alcoolisée inventée à New York (ou à Paris au Harry's New York Bar selon d'autres références). Ce cocktail consiste en un mélange de vodka, de jus de tomate, de jus de citron, de poivre, de céleri et de tabasco. Les New-Yorkais le boivent généralement au brunch, les lendemains de gueule de bois.

Menu typique

En appetizer (entrée), vous trouverez souvent la Caesar's salad : salade verte, des petits croûtons, une sauce aux anchois et du parmesan. Les bars qui servent à manger proposent aussi souvent des frites avec de l'huile de truffe, ou recouvertes de parmesan et de thym. Autre classique, le guacamole, qui n'est pas réservé aux seuls restaurants mexicains.

En plat principal, vous rencontrerez les BBQ ribs (travers de porc grillés), le sirloin steak, le faux-filet de boeuf, le T-bone steak (grosse entrecôte) et le burger servi généralement avec des frites ou de la salade, un gros cornichon et du coleslaw (salade de chou blanc et de carottes râpées). Attention, le fromage n'est pas toujours inclus dans le burger, pensez à demander au serveur. Vous aurez toujours le choix entre du swiss cheese (un gruyère de qualité moyenne) et de l'american cheese (un genre de cheddar). Les restaurants de soul food, et les diners sont aussi nombreux à servir des chicken & waffles. Un mélange étrange pour un Français de poulet frit, de gaufres, et de sirop d'érable. Ecoeurant pour certains, délicieux pour d'autres.

Côté sandwichs, les plus connus sont le BLT (bacon, laitue, tomates) et le Tuna salad, une mixture à base de thon et de mayonnaise.

En dessert, la liste est longue : l'apple crumble (dessert chaud aux pommes), le brownie, le cheesecake, le cupcake (petit gâteau avec glaçage sur le dessus), etc.

Les bières que l'on boit à New York

Vous trouverez aux Etats-Unis, dans certains bars seulement, des Heineken, Stella Artois ou Guinness. Mais les prix sont plus chers qu'en Europe. Il vaut mieux découvrir les bières locales !

Pabst Blue Ribbon (PBR), souvent la bière la moins chère (3 US$).

Budweiser, Miller et Coors, les bières préférées des Américains pour les matches de Football américain ou de base-ball. Des bières très diluées, certes rafraîchissantes, mais que les Européens n'apprécient pas généralement

Brooklyn Lager, made in Brooklyn !

Sierra Nevada, la bière californienne.

Six Points, une bière un peu épicée.

Blue Moon, une bière blanche faite dans le Colorado.

Samuel Adams, une bière de Boston qui varie en goût selon les saisons. La meilleure : la pumpkin ale, au moment d'Halloween, avec son arrière-goût de citrouille !

Habitudes alimentaires

Si l'idée qu'on se fait de la gastronomie américaine tend plutôt vers le cliché hamburgers et fast-food, la réalité est tout autre à New York. Elle est à l'image de sa population, issue d'un fantastique melting-pot.

Le monde entier s'invite à table

Si vous restez quelque temps dans cette ville, vous remarquerez certainement la fascination qu'éprouvent ses habitants pour la " bonne bouffe variée ". Car on mange bien à New York. Quand les Français prennent le temps de s'attarder sur les vertus du rôti de veau familial du dimanche, les New-yorkais, eux, ont une démarche un peu plus impatiente, en accord avec leur souci permanent d'efficacité.

Le fan de pizzas essaiera de vous faire goûter " la meilleure pizza de la ville ", ce qui n'est jamais désagréable, le fan de hamburgers de vous séduire avec " le plus juteux " et celui de nouvelle cuisine fusion vous livrera une liste exhaustive des derniers noms de chefs qui circulent en ville : Danny Meyer, David Chang, Daniel Boulud ou April Bloomfield pour citer ceux du moment. Des adresses souvent glanées dans les pages gastronomie du Time Out, du New York Times ou de New York Mag. Vous l'avez compris, il faut absolument connaître the last place to be avant de passer à un autre lieu plus hype, ou plus exclusif. A l'exception de quelques classiques indétrônables, la compétition est féroce et les temps sont durs pour les restaurateurs. Mais la qualité s'en ressent. Plus de dix mille restaurants régalent le palais des New-Yorkais. Authentique carrefour de cultures, New York est une ville où toutes les cuisines sont représentées, et à tous les prix : cuisine américaine, soul food afro-américaine, asiatique ou indienne, le choix donne le tournis. Les bistrots français et les trattorias italiennes, très populaires, ne sont pas en reste. Vous trouverez donc de quoi satisfaire les goûts les plus hétéroclites.

Brunchs, delis, street food et diners

Le breakfast, petit déjeuner souvent très copieux, peut se composer de jus de fruit, de céréales, de bagels, de donuts, de pancakes et d'oeufs accompagnés de bacon, et de hash brown (petit gâteau de pommes de terre frites et finement coupées)... Il offre l'un des meilleurs rapports qualité-prix et transformé en brunch, très populaire, il constitue un repas à part entière. Le brunch, servi entre 11h et 16h est très populaire le week-end et il n'est pas rare de devoir attendre entre 30 minutes et une heure pour être assis. La réservation est la plupart du temps impossible pour le brunch.

Un repas sur le pouce ? Le deli (abréviation de Delicatessen), véritable institution d'inspiration juive new-yorkaise, est ouvert le plus souvent 24h/24 et souvent petit. Parmi les plats proposés : des sandwiches au pastrami, jambon, ou poulet et des bagels. Certaines épiceries, plus grandes offrent des salad bars qui consistent en un buffet froid et chaud. Le prix, au poids, dépasse rarement les 10 US$ par personne. Une solution économique et saine. Très peu de delis offrent la possibilité de manger sur place, à l'exception de certains très réputés comme Katz's (dans le Lower East Side) et Carnegie Deli (à Midtown).

L'expression take-out (" à emporter ") est très utile si vous ne souhaitez pas manger sur place. C'est aussi le mot à employer lorsque vous commandez vos repas par téléphone mais que vous voulez aller chercher votre repas au restaurant plutôt que de vous faire livrer. Comme les New-Yorkais, vous pourrez consulter tous les menus des restos de NY sur ce site : www.menupages.com

Très populaires aussi, les marchands ambulants. Une foule de snacks vendent hot-dogs, bretzels, beignets, hamburgers, tacos, kebabs, ou pizzas. Depuis un an ou deux, certains se lancent même dans la vente de mets plus fins, mais c'est un peu plus cher. Quoi qu'il en soit, pour 1 US$ ou 5 US$, vous ne trouverez pas mieux.

Les diners. Vous pouvez également opter pour ces restos américains ouverts 24h/24. Banquettes en Skaï rouge, longs comptoirs en zinc et posters vintage : voici la physionomie classique d'un diner, ce restaurant typique que l'on trouve le long des autoroutes américaines. Côté cuisine, des cartes longues comme le bras : cheeseburgers juteux servis avec grosses frites maison, coleslaw, cheesecakes volumineux, etc. L'Amérique, la vraie !

A noter en ce qui concerne les restos : pensez à réserver longtemps à l'avance, même avant votre départ. La plupart des bonnes tables de la ville sont assiégées. Ce site vous y aidera : www.opentable.com

D'autre part, si les prix de certains grands restaurants peuvent être élevés le soir, pensez aux menus du midi, souvent plus avantageux.

Fast foods

Impossible de ne pas connaître McDonald's, KFC, Subway, ou encore Burger King. Mais avez-vous déjà entendu parler de Taco Bell, Wendy's, Olive Garden, Gray's Papaya, Popeye's, Crown Fried Chicken, Chick Fil-A, Chipotle, Quiznos, Sonic, White Castle, TGI Friday's ? Si elles sont moins présentes que dans le sud et le centre des États-Unis, les chaînes de fast-food ont presque toutes enseignes à New York. Certaines comme Wendy's et Chipotle sont à essayer, d'autres comme Taco Bell ou Crown Fried Chicken sont à absolument éviter !

Organic, Vegan et Gluten-Free

Trois mots que vous apercevrez souvent sur les menus des restaurants, notamment à New York. Les habitants de la Grosse Pomme sont, avec ceux de Portland et San Francisco les plus conscients des risques de la malbouffe. D'où la mention de l'appellation organic, pour bio, à côté de nombreux produits, viandes et légumes notamment. Il n'est pas rare que vous croisiez également des établissements dits vegan (végétarien) et qui ne proposent donc pas de viande, et parfois même pas de poisson ou de produits laitiers. Enfin gluten-free s'adresse aux personnes allergiques au gluten. De plus en plus de supermarchés prennent en compte cette allergie et proposent des produits où sont inscrits sur l'emballage les lettres GLF ou GF.

Coffee shops

New York regorge de cafés. On y sert le café à emporter ou à consommer sur place. Les cafés sont souvent équipés d'une connexion wi-fi, aussi est-il très fréquent de voir les New-yorkais attablés devant leur ordinateur portable, avec un muffin ou un cookie. Si vous demandez un café, on vous servira un café américain, grand et dilué. Précisez-le si vous souhaitez un espresso. Si vous voulez commander un crème, demandez un espresso with foam milk. Outre les Starbucks qui ouvrent à chaque coin de rue, des institutions bohèmes comme le Cafe Reggio dans Greenwich Village existent depuis près d'un siècle.

Magasins d'alimentation

Vous serez peut-être étonné de rencontrer peu d'hypermarchés dans la ville. Manhattan et ses boroughs ont en effet privilégié les commerces de proximité, et les magasins fleurissent à tous les coins de rue. On y trouve de tout et toute l'année. Au début de votre séjour, le shopping vous prendra probablement beaucoup de temps, faute de réflexe devant des conditionnements différents, libellés dans une langue étrangère. Pour vos comparaisons de prix, rappelez-vous que l'unité de poids est la livre (lb) et non pas le kilo. Les supermarchés de meilleur qualité sont incontestablement Whole Foods, Fairway et Trader Joe's. Ce dernier, très bon marché, est très prisé des New-Yorkais ; évitez de vous y rendre entre 18h et 19h lorsque tout le monde sort du travail. Il existe sept Trader Joe's à New York, un sur Union Square, un dans Chelsea, un dans Soho, un dans Murray Hill, deux dans l'Upper West Side et un Downtown Brooklyn.

Vins et spiritueux

Outre les bières - disponibles en rayons dans les délis -, l'alcool est vendu exclusivement dans les liquor stores. Les vins sont donc relativement onéreux (premier prix : entre 7 et 10 US$). Le choix est vaste, entre les vins californiens, australiens, chiliens, français et néo-zélandais. Les vins blancs secs (dry white wine) sont assez rares, le chardonnay est le plus répandu mais pas forcément le meilleur. Et le vin rosé s'appelle... rosé et non pink wine ! Les champagnes français ne sont pas aussi chers qu'on pourrait le croire (à partir de 30 US$), de même que les champagnes californiens sont tout à fait honorables et vendus à un prix très abordable. L'étiquetage est très différent à la celui en France et vous devrez passer de longues minutes pour comprendre exactement de quel domaine vient le vin, même si celui-ci est français.

Inutile de tenter un achat de vin ou d'alcool si vous avez moins de 21 ans : au risque de nous répéter, la loi est draconienne en la matière et toute personne " litigieuse " (à savoir celles qui semblent avoir moins de 30 ans) se voit demander une ID (pièce d'identité). Cela est vrai également quand on achète de la bière dans un supermarché, quand on prend un verre dans un bar, etc.

A, B ou C

Depuis juillet 2010, le département de la Santé de la ville de New York donne une note à tous les établissements qui servent de la nourriture. Les agents municipaux jugent la propreté et le respect des règles d'hygiène. Les notes sont affichées, comme l'impose la loi, sur la vitrine des établissements. " A " étant la meilleure note, il est conseillé, autant que possible, d'éviter les lieux ayant un " C ". New York regorge de suffisamment de restaurants pour ne pas risquer une indigestion.

Lorsqu'il est écrit "Pending Grade", à la place des lettres, cela veut dire que le restaurant a eu une note B ou C et qu'il conteste la décision du département de santé de New York. Dans ce cas-là, une nouvelle inspection est organisée dans le mois qui suit.

Adresses Futées de NEW YORK

Où ?
Quoi ?
Avis