Guide de NEW YORK : Politique et économie

Politique
Etat de New York

Aux Etats-Unis, chaque Etat a son propre système exécutif, législatif et judiciaire. L'Etat de New York (dont la capitale est Albany) a donc, comme les 49 autres Etats, trois pouvoirs distincts du gouvernement fédéral :

L'exécutif, dont le chef est le gouverneur de l'Etat de New York, qui est actuellement le démocrate Andrew Cuomo, depuis 2010. Il a été réélu en 2014 et 2018.

Le législatif, avec les deux chambres, le Senate, composé de 61 membres, et l'Assembly, qui a 150 membres. Chacun des membres des 2 chambres est élu pour 2 ans. Depuis janvier 2009, Kirsten Gillibrand est sénatrice de l'Etat de New York, succédant ainsi à Hillary Clinton. Elle a été réélue en 2018. Charles Schumer est également sénateur depuis 1999 et a été largement réélu en novembre 2016.

Le judiciaire (The Court of Appeals). Au sein du gouvernement fédéral, l'Etat de New York compte 2 sénateurs et 29 représentants, et 33 voix pour l'élection présidentielle.

Ville de New York

Bien que dépendant de l'Etat de New York, la Grosse Pomme est une ville très autonome. Le maire de New York et ses adjoints s'occupent de la politique générale de la ville, de l'administration, et du développement économique. La mairie est aussi chargée de veiller à la sécurité de la ville, que ce soit dans le contrôle de la NYPD (New York Police Department) ou dans la protection des habitants en cas de catastrophe naturelle. Durant l'ouragan Sandy, Michael Bloomberg, prédécesseur du maire actuel Bill de Blasio, avait ainsi requis l'évacuation de plusieurs quartiers de la ville.

Le conseil municipal, composé de 51 personnes, il s'occupe de voter les lois. Historiquement, il a presque toujours été à majorité démocrate et il l'est actuellement. Pour qu'une loi soit votée, elle doit être approuvée par 50 % du conseil municipal et promulguée par le maire.

Économie
Principales ressources

Si New York joue indéniablement un rôle essentiel sur le plan politique (notamment avec la présence de l'ONU) et intellectuel, elle joue aussi un grand rôle économique. L'Etat de New York est un des Etats les plus puissants des Etats-Unis et du monde entier. Il va sans dire que ce rayonnement économique est dû en majeure partie à la ville même de New York : finance, commerce, industrie, communication et tourisme en sont les principales activités économiques.

Une capitale financière et commerciale

La finance a toujours occupé une place prépondérante dans l'économie new-yorkaise. Une situation qui remonte à 1792, année où des courtiers s'entendent pour fonder le premier marché de valeurs organisé (prédestination, il se trouvait dans ce qui deviendra Wall Street). Vingt-cinq ans plus tard, devenu la Bourse américaine la plus importante, ce marché perd le nom de New York Stock & Exchange Board, pour prendre son nom actuel en 1882 : le New York Stock Exchange (NYSE). Il s'y effectue quotidiennement plus de 1 trillion de dollars de transactions.

C'est dans ce Financial District si symbolique du capitalisme financier qu'ont commencé les manifestations du mouvement Occupy Wall Street à l'automne 2011, en pleine crise financière mondiale, variante du mouvement des Indignés madrilènes. Si le mouvement a perdu de son ampleur depuis sa création, une manifestation a rassemblé quelques centaines de personnes en septembre 2012 pour le premier anniversaire du mouvement. La police new-yorkaise n'étant pas connue pour sa diplomatie, évitez de rester aux alentours des manifestations ou sit-in.

Outre le NYSE, le Financial District du Lower East Side de Manhattan abrite l'United States Federal Reserve Bank, et, sur la rive ouest, s'érige un des plus gros centres financiers et commerciaux du monde : le World Financial Center. La position géographique de la ville et l'excellent réseau de ses voies de communication ont considérablement facilité le développement du commerce new-yorkais : présence de trois aéroports (La Guardia, John F. Kennedy et Newark, dans le New Jersey), d'un port gigantesque (Port Authority New York - New Jersey est, avec ses 238 km² et une capacité d'accueil de 391 navires, le plus grand port du monde), d'un réseau routier et ferroviaire important. Toutes ces infrastructures permettent à un nombre considérable de commerces d'exister - qu'il s'agisse de grossistes ou de détaillants - et favorisent la multiplication des services.

L'équipement industriel et informatique, l'électronique, les équipements électriques, le matériel de transport et d'instrumentation sont les principaux secteurs en matière d'exportation. Le Canada, le Japon, la Suisse et la Grande-Bretagne sont les quatre clients majeurs de l'Etat de New York, suivis par l'Allemagne, Hong Kong, la Corée et, enfin, la France. De fait, NYC se trouve, bien malgré elle, au coeur du déclenchement de la crise économique mondiale. La faillite inattendue et spectaculaire de Lehman Brothers, dont le siège était à NYC, l'atteste. Le dépôt de bilan de la banque d'affaires le 15 septembre 2008 a suscité une onde de choc qui s'est ensuite propagée à toute l'économie mondiale... Si la crise fait encore rage en 2015, Wall Street s'est très bien relevée. Sans forcément que les leçons aient été retenues. Les bonus accordés en fin d'année aux traders ont encore augmenté de 6 % en 2011 après avoir déjà grossi de 5,7 % en 2010. Les embauches ont également recommencé à Wall Street. Pour rappel, plus de 25 000 postes avaient été supprimés dans les entreprises financières dans les quelques mois qui avaient suivi la crise de 2008. Cette reprise de la place financière new-yorkaise est évidemment une bonne nouvelle pour la ville et l'Etat de New York. On estime que 12 % du budget de la ville provient du secteur financier. Les impôts sur les entreprises mais surtout sur tous les gros salaires des grandes entreprises rapportent d'énormes recettes fiscales à la ville. Ce qui permet le développement des écoles, des routes, etc. Fin 2017, la bourse new-yorkaise enregistrait coup sur coup deux records historiques, dont Donald Trump s'attribuait le mérite, sans vraiment démontrer comment.

Malgré ces bonnes nouvelles, Wall Street a vu sa réputation salie aux yeux de nombreux Américains. Loins d'être anti-capitalistes, ils estiment néanmoins que le New York Stock Exchange est le symbole de la dérégulation de l'économie et l'un des responsables du fort taux de chômage.

Un centre industriel

New York ne se borne pas à la finance et au commerce : c'est aussi un grand centre industriel. La ville jouit d'une position de leader national dans des secteurs comme le textile et l'habillement (la portion de Midtown sur la 7th Avenue et les trentièmes rues porte le nom de Garment District en raison des nombreux ateliers de fabrique et de boutiques de vêtements destinés aux grossistes), l'alimentation industrielle, la bijouterie, le bois, le papier, les métaux, la mécanique, l'industrie chimique et la biomédicale.

Une ville de nouveaux services

Vers la fin du XXe siècle cependant, certaines activités du secteur secondaire ont perdu peu à peu de l'importance au profit des services - actuellement première source d'emplois.

Les technologies de pointe : depuis la naissance des nouveaux médias dans les années 1980-1990, New York est devenue, en quelques années, leader mondial des technologies de pointe, comme en témoigne la Silicon Alley (Park Avenue South, en deçà de la 41st Street), qui abrite un nombre impressionnant de sociétés de communication spécialisées dans l'informatique et l'Internet (avec un chiffre d'affaires annoncé de près de 4 millions de dollars). Depuis la fin des années 2000, New York est en train d'éclipser la Silicon Valley en Californie, l'autre centre névralgique pour les nouvelles technologies. De plus en plus de start-up choisissent de s'implanter à New York et profiter ainsi du dynamisme économique de la mégalopole. C'est le cas notamment de BuzzFeed, Etsy, Meetup, ooVoo, et Vimeo. En novembre 2018, le géant Amazon a annoncé son intention d'installer ses seconds bureaux à Long Island City. Ce quartier du Queens qui connaît un véritable boom a ainsi évincé 20 villes américaines concurrentes. Une fois ouvert à l'horizon 2020, HQ2 (c'est le nom donné au second QG d'Amazon) engendrera la création de 25 000 emplois.

La publicité : huit des dix premières agences nationales sont implantées à New York. Capitale de la publicité, la ville accueille Merkle et ses 2 400 employés qui s'occupent des publicités pour Microsoft et Nespresso, Wieden+Kennedy dont le siège mondial est basé à New York et à qui l'ont doit certaines des publicités iconiques de Coca-Cola et Nike. Citons enfin Horizon Media, fondée à New York, et leader de la publicité dans la presse. A noter que le numéro 2 mondial de la communication, le groupe français Publicis, a d'immenses bureaux en plein Times Square.

La communication et la production : bien des chaînes nationales de télévision ont établi leur siège à New York. Si le cinéma est encore principalement à Los Angeles, la télévision préfère New York, notamment les chaînes d'informations. C'est le cas de ABC, CBS, NBC, MTV, Fox News, HBO et Comedy Central. On compte aussi bon nombre de maisons d'édition à New York parmi lesquelles les célèbres HarperCollins, Condé Nast et Penguin Random House.

La mode joue également un rôle d'importance dans l'économie de la ville et est l'une des principales industries qui emploient à New York. On trouve notamment à Manhattan les headquarters de Calvin Klein, J. Crew, Marc Jacobs ou encore Ralph Lauren. C'est aussi à New York que se trouve le siège nord-américain des grandes marques européennes comme Gucci, Dior et Hermès.

Le marché de l'art a aussi élu domicile, que ce soit Sotheby's, le leader des ventes aux enchères, pourtant créé à Londres, ou Artsy, le site de référence pour le marché de l'art destiné aux professionnels et particuliers.

L'industrie du cinéma, autrefois réservée à Los Angeles, rapporte à la ville de New York une somme d'argent considérable. Là où seulement six séries se tournaient à New York en 2006, une trentaine l'était en 2013, et plus encore en 2018. Une situation qui s'explique par les avantages fiscaux votés par la ville en faveur du secteur audiovisuel. Cependant, les grands studios de cinéma restent encore et toujours installés à Los Angeles.

Place du tourisme

Générateur d'emplois et source importante de revenus, le tourisme est un atout économique majeur pour la ville. Depuis 8 ans, année après après, New York bat son propre record de fréquentation touristique. En 2017, la ville est devenue la première destination touristique des Etats-Unis (Américains et étrangers confondus) avec 62,8 millions de visiteurs, devant Orlando et son parc DisneyWorld qui l'ont longtemps devancée. Les visiteurs de le Grosse Pomme ont injecté 62 milliards de dollars dans l'économie de la ville et participé à l'emploi de plus de 320 000 personnes.

Parmi les nationalités les plus représentées chez les 13,1 millions de touristes étrangers en 2017, on trouve les Canadiens, les Brésiliens, les Anglais et les Français. New York City est d'ailleurs la destination numéro 1 aux Etats-Unis des habitants de l'Hexagone, devant San Francisco et Miami. En 2017, 767 000 Français ont séjourné à New York, un record.

Adresses Futées de NEW YORK

Où ?
Quoi ?
Avis