Le guide touristique Uruguay du Petit Futé

¡ Bienvenidos a Uruguay !

L'Uruguay est l'un des plus petits pays d'Amérique du Sud : ce pays chaleureux est un havre de paix coincé entre deux géants, le Brésil au nord et l'Argentine à l'ouest, dont il est séparé par le fleuve Uruguay. Si on le remarque à peine, il faut dire que l'histoire de ce paisible bout de terre se confond souvent avec celle de ses encombrants et prestigieux voisins, et que la société uruguayenne tout entière semble dépendre de la santé économique de ces derniers. Pourtant, l'Uruguay a su se forger une identité propre parmi les nations sud-américaines, et le pays a plus à offrir qu'un succédané de fantasmes exotiques ou de chimères australes. Le patrimoine culturel et artistique de la capitale Montevideo, les idéaux, les mentalités et le mode de vie des habitants, tout nous rappelle notre chère Europe. L'Uruguay est l'un des pays les plus européens de l'Amérique latine, avec des descendants d'immigrants italiens, allemands, suisses... Une Europe résolument latine où de longues plages bordent des côtes sauvages et des stations huppées, où des estancias reculées invitent à vivre tel un gaucho, à boire du mate et savourer une parillada. Point de décor tropical luxuriant, mais une atmosphère paisible, indolente... quasi insolite sur un continent dont le sang chaud enivre et embrume si vite les esprits. Il semblerait que le calme et la mesure aient façonné le caractère hospitalier et avenant des habitants. Pas de monuments historiques fantastiques ni de paysages spectaculaires donc, mais une manière singulière de savourer le quotidien, de prendre le temps de vivre. Tranquillement. L'Uruguay est le remède idéal contre la fureur et le stress ; on y gagne la course contre le temps.

L''intérieur du pays enchante les amoureux de la nature qui se laissent captiver par les légendes des gauchos. Sur la côte, les stations balnéaires les plus prisées, à l'instar de Punta del Este, La Barra ou José Ignacio, attirent les vacanciers fortunés des pays voisins ; tandis que d'autres villes comme La Paloma ou Punta del Diablo se font plus discrètes. En Uruguay, " vacances " rime avec " plaisirs ".

On aime se perdre dans les méandres des rivières baignées de soleil ou jouer à l'apprenti cow-boy en parcourant à cheval les prairies verdoyantes du campo. Inévitablement, on s'imprègne de l'ambiance cosmopolite de ce petit pays méconnu où, pour une fois, harmonie et douceur de vivre remplacent volontiers le spectaculaire et l'esbrouffe.

L'équipe de rédaction

REMERCIEMENTS. Merci à Laetizia et Ingrid de l'Oficina de Turismo de Colonia Valdense, ainsi qu'à Alex Hernandez, Hugo et Maria, Monica Esquivel, Bruno Valenti, Eduardo Vigliola, Natalia Abran, aux diverses intendencias du pays, et à tous les autres Uruguayens et Argentins qui ont croisé notre route.

Les principales destinations Uruguay

Galerie photo Uruguay

Idées de séjour Uruguay

Séjour courtHaut de page

Un séjour court inclut une visite de Montevideo, de ses plages et son quartier historique. Pourquoi ne pas passer 1 ou 2 nuits à la campagne pour y monter à cheval aux côtés des gauchos, se promener dans la nature et profiter de sa tranquillité, séjourner dans une estancia typique.

Ceux qui viennent de Buenos Aires, et qui n'ont que peu de temps à consacrer à l'Uruguay, peuvent traverser le río de la Plata et se rendre soit à Colonia del Sacramento (1 heure de traversée), soit à Montevideo (3 heures). Les vacanciers désireux de faire la fête prendront le large à Punta del Este pour 2 ou 3 nuits (à 1 heure 30 de route de Montevideo).

Si vous disposez d'un laps de temps aussi court, c'est probablement que vous venez d'un autre pays (difficile d'imaginer que vous venez d'Europe pour une petite semaine en Uruguay). Ainsi, votre itinéraire pourrait être le suivant :

Depuis Buenos Aires - si vous comptez rejoindre la Mésopotamie uruguayenne ensuite - chutes d'Iguazú, par exemple : rejoindre Colonia del Sacramento, ville inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, en bateau (1 heure), puis suivre le cours du río Uruguay ; Carmelo, Mercedes, Paysandú, Salto (thermes, plages au bord de rivières, estancias), en vous autorisant quelques incursions du côté argentin, de l'autre côté du fleuve, et notamment au parc national El Palmar.

Vers le Brésil (Florianópolis, etc.), rejoindre Colonia del Sacramento puis Montevideo et longer la côte atlantique : Piriápolis, Punta del Este, La Paloma ou La Pedrera, Punta del Diablo... Le département de Rocha renferme de belles lagunes et des plages sauvages (à Cabo Polonio notamment). Vous franchirez la frontière brésilienne à Chuy.

Si vous n'avez aucun projet particulier, profitez-en pour découvrir l'intérieur des terres, moins visité que la côte ou les villes thermales. Et notamment les départements de Durazno et de Tacuarembó. Une escale à Montevideo est toujours conseillée : c'est une cité urbaine alanguie en bord de mer, jouissant d'une situation géographique privilégiée, que l'on prend plaisir à visiter.

Le parcours indiqué ci-dessous offre un premier aperçu de l'Uruguay (la côte étant la zone la plus touristique), mais n'englobe pas le littoral. Il faut faire un choix, et il serait vraiment dommage de courir davantage dans un pays qui invite tant à la tranquillité et à la flânerie !

1er jour : arrivée le matin à Montevideo. Visite du quartier historique l'après-midi.

2e jour : visite des parcs, plages et autres quartiers de Montevideo (Carrasco et Pocitos notamment).

3e jour : louer une voiture pour rejoindre Punta del Este en longeant la plage (Atlántida, Piriápolis, Casapueblo...). Profiter d'un bain dans l'océan et dormir à Punta del Este ou La Barra (juste à côté).

4e jour : après La Barra (boutiques, brocantes...), on file vers José Ignacio, village huppé mais discret, abritant un joli phare et une côte sauvage, puis direction laguna Garzón (on passe sur un bac gratuit) et La Paloma. Dormir soit à La Paloma (playa La Aguada) ou à La Pedrera (à 30 minutes de La Paloma).

5e jour : départ matinal pour Cabo Polonio (prendre un camion à l'entrée de la réserve de biodiversité). Au programme : balade, farniente, profiter du bord de plage. En fin de journée, cap vers Punta del Diablo pour sa beauté et son ambiance, et nuit sur place.

6e jour : prendre la direction de Chuy, s'arrêter au fort de San Miguel, puis on visitera la forteresse de Santa Teresa et retour à Punta del Diablo en fin de journée.

7e jour : prendre de la hauteur et filer vers Minas. Le soir on dormira dans une estancia.

8e jour : continuer la " grande traversée " de l'Uruguay ; de Minas, rejoindre Colonia del Sacramento.

9e jour : une journée sur place pour visiter le coeur historique de la ville, longer ses remparts et la baie.

10e jour : retour depuis Colonia ou Montevideo (compter 2 heures 30 de route depuis Colonia).

A savoir

Il est souvent moins cher d'atterrir et de repartir de Buenos Aires (Argentine), de là, on peut facilement traverser le río de la Plata en bateau (Buquebus) jusqu'à Colonia del Sacramento (1 heure) ou Montevideo (3 heures).

Séjour longHaut de page

Ceux qui disposent de plus d'une semaine sur place pourront s'immerger dans le campo (intérieur des terres) jusqu'au nord du pays où les étendues sont plus vastes, et les parilladas toujours plus copieuses ; profiter des plages vierges et des lagunes naturelles du département de Rocha, en vogue mais tout de même moins branché et tape-à-l'oeil que la très huppée Punta del Este.

Les amoureux de chasse ou de pêche passeront un merveilleux moment au sein d'une estancia, en particulier dans la région du río Negro, fleuve qui abrite un écosystème très riche.

Sur le río Uruguay, on profitera de villes au charme préservé telles que Fray Bentos, Paysandú ou Salto, sans oublier de se prélasser dans les eaux thermales de la région. De là, il est possible de gagner les fameuses chutes d'Iguazú (Brésil).

Le plus pratique est de louer un véhicule, les prix étant accessibles et la liberté de déplacement plus grande ; des bus relient les principales villes uruguayennes, mais vous êtes tributaires des horaires. Et sachez qu'à l'intérieur du pays, notamment, il y a parfois un seul bus qui part le matin et un le soir.

Cet itinéraire type, non exhaustif, s'effectue en voiture - mais nous vous le répétons, il est possible de longer le littoral du río Uruguay et la côte atlantique en bus.

1er jour : arrivée à Montevideo - ou à Colonia del Sacramento. Départ vers Colonia (on visitera la capitale plus tard). Visite de la ville et de son quartier historique. Nuit sur place.

2e jour : départ pour Carmelo, Nueva Palmira, Mercedes (littoral). Nuit dans une estancia dans les environs de Mercedes ou dans cette ville.

3e jour : découverte des alentours du fleuve et de Fray Bentos, puis direction Paysandú. Nuit dans une estancia à proximité.

4e jour : rejoindre Salto (au nord) où l'on profitera des thermes. Nuit dans une estancia ou en ville, selon votre envie et votre budget.

5e jour : de Salto à Tacuarembó (nord-ouest), sur les traces du très célèbre chanteur de tango, Carlos Gardel. Nuit sur place.

6e jour : direction le sud pour rejoindre Paso de los Toros (route 5) ; halte à San Gregorio de Polanco et nuit dans cette agréable station balnéaire.

7e et 8e jours : le lendemain on reprend la route pour s'arrêter à Paso de los Toros, dans une estancia. Au programme : balade à cheval, pêche, bons repas et repos !

9e jour : on rejoint Florida en passant par Durazno, Florida. Ceux qui sont pris par le temps pourront gagner Montevideo en fin de journée. Nuit à Florida ou Montevideo.

10e jour : à Montevideo, visite des quartiers historiques de Palermo et Barrio Sur, balade le long de la rambla, au bord de la plage et découverte de Pocitos. Nuit sur place ; c'est l'occasion de passer une soirée dans une tanguería ou au théâtre (Solís par exemple).

11e jour : demi-journée à Montevideo - visites culturelles, shopping... puis direction Punta del Este dans l'après-midi, pour arriver en fin de journée (compter 1 heure 30 de route). Nous vous conseillons de trouver un hébergement autour, vers La Barra par exemple, tandis que les familles et les personnes âgées préféreront Piriápolis, station balnéaire au charme plus subtil.

12e jour : on entre dans le département de Rocha - escale à La Paloma ou La Pedrera pour profiter de la plage, du soleil et de la mer. Farniente et éventuellement balade dans les lagunes en fin de journée. Nuit sur place.

13e jour : journée à Cabo Polonio (s'y rendre le plus tôt possible pour profiter de la journée), réserve de biosphère où vit toute l'année une importante colonie de loups de mer. Monter dans un camion à l'entrée du parc pour parcourir les 7 km qui vous séparent du cap. Puis on profite de ce bout de terre où le temps semble s'être arrêté. Si vous pouvez passer une nuit sur place, ne vous en privez pas : calme, ciel étoilé (car aucune pollution lumineuse), bruit de la mer... Si vous devez reprendre la route, prenez la direction de Punta del Diablo (à l'est).

14e jour : autre journée à Cabo Polonio puis direction Punta del Diablo dans l'après-midi et nuit là-bas. Ou journée entière à Punta del Diablo si vous êtes arrivé la veille. Autre station balnéaire prisée en été, mais toutefois plus tranquille que Punta del Este (et plus authentique) : plage et sympathiques restaurants.

15e jour : autour de Punta del Diablo, visite du fort de Santa Teresa (déclaré parc national), de son village de pêcheurs et farniente sur la plage. Nuit dans le village.

16e jour : de là on rejoint Chuy, à la frontière brésilienne ; visite du fort de San Miguel. A Chuy, c'est l'occasion de faire du shopping : les prix sont imbattables ! Mieux vaut revenir vers Punta del Diablo pour passer la nuit, l'endroit est plus plaisant.

17e jour : l'heure du retour a sonné. Emprunter la route qui passe par Minas (histoire de changer), et on s'y arrêtera d'ailleurs. Arrivée en début de soirée à Montevideo.

18e jour : matinée libre à Montevideo avant de prendre un vol ou un bateau pour Buenos Aires. Pensez à réserver votre billet de bateau à l'avance, surtout en haute saison touristique !

Séjours thématiquesHaut de page
Tourisme vert et écotourismeHaut de page

Ce type de tourisme compte de plus en plus d'adeptes ; il attire surtout les amoureux de la nature en quête de repos et de tranquillité. Ce concept implique des activités que le voyageur peut pratiquer dans un environnement naturel protégé, sans nuire à cet environnement. Pour cela l'Uruguay est la destination idéale puisque le pays offre toute une gamme de prestations écotouristiques (non labellisées car il n'y a pas de législation sur place) de qualité.

Découvrir les fleuves du pays, parmi lesquels le río de la Plata, le río Uruguay et le río Negro. La plupart de ces ríos sont navigables, et le comité départemental du tourisme de Soriano a d'ailleurs récemment mis en place des excursions fluviales autour de Mercedes, Fray Bentos, Soriano et Dolores. Il est également possible de faire du rafting dans les alentours de Paysandu ; d'effectuer de longues balades à cheval dans les terres (les estancias possèdent souvent des chevaux) ou des randonnées, guidées ou non.

Pour un séjour escalade et balades, rendez-vous à Quebrada de los Cuervos, près de Treinta y Tres. Ou encore à Sierra de Tambores, près de Tacuarembó, dont Valle Eden. Près de Rivera, à Valle del Lunarejo qui renferme un riche patrimoine géologique, botanique et zoologique. Enfin, dans le département de Flores il faut voir la Gruta del Palacio, ensemble labyrinthique d'une longeur de 400 m (on ne peut en parcourir qu'un dixième).

Observation de la flore. Plus de 14 000 hectares sur le territoire ont été déclarés " espaces protégés " par la Dirección Nacional de Medio Ambiente. A voir dans le département de Rocha : les lagunes Negra et Merín, les lagunes d'eau salée telles que les lagunes de Garzón, de Rocha et de José Igancio, la Reserva Forestal Cabo Polonio y Aguas Dulces, les monuments historiques et parcs nationaux : forteresse de Santa Teresa et le fort de San Miguel.

Renseignez-vous à la station biologique auprès du Programa de Conservación de la Biodiversidad y Desarrollo Sustentable en los Humedales del Este (PROBIDES ; Programme de conservation de la biodiversité et de développement durable dans les zones humides de l'Est), près de la Laguna Negra, dans le département de Rocha.

A ne pas manquer : le site Palmares de Castillos, à l'est, où une espèce de palmier, le Palma butia, est répandue sur près de 70 000 hectares. Quant aux forêts de Ombues (emblème du pays), uniques au monde (normalement, cette plante pousse en solitaire), elles se trouvent dans le département de Lavalleja, au pied du Cerro Arequita, ou près de la Laguna Castillos, dans le département de Rocha. Enfin, l'Arboretum Lussich, dans le département de Maldonado, est considéré comme la première réserve de forêts d'Amérique du Sud : elle s'étent sur 470 hectares et abrite une trentaine d'espèces. Sur la côte également, se trouve la réserve de faune de Piriápolis, Valle del Lunarejo, la Aguada, les lagunes del Sauce, del Diario et les plages de Punta Ballena, zones protégées. Par ailleurs, des grottes sont éparpillées sur le territoire et notamment près de Tacuarembó ou Trinidad.

Le tourisme écologique est développé à l'est du pays, aussi est-il possible d'y apprécier la beauté des paysages - marais, zones humides (humedales), palmeraies - et d'assister à la ronde des oiseaux.

Observation de la faune. Sur la côte atlantique, on ne manquera pas les dunes sauvages de Cabo Polonio, Valizas et Punta del Diablo ; des milliers de lions de mer (lobos marinos) vivent à Cabo Polonio, déclaré Reserva de biosfera Bañados del Este, et sur les îlots à proximité. Et aux mois d'août ou d'octobre, il est possible d'observer les baleines depuis La Paloma ou Punta del Diablo, entre autres.

On ne le sait que trop peu, mais l'Uruguay abrite une très grande variété d'oiseaux, tels que le nandou (ou rhea), considéré comme le plus grand oiseau d'Amérique du Sud. Vous aurez l'occasion de les apercevoir si vous prenez le temps de lever les yeux et surtout si vous y apportez de l'intérêt. On y a recensé plus de 450 espèces (résidentes ou migratoires), en partie protégées.

Tourisme d'estanciaHaut de page

Les estancias, ces exploitations agricoles typiques dédiées à l'élevage d'ovins ou de bovins, sont réparties sur le territoire, un peu partout dans la pampa. Si certaines estancias ont gardé une vocation agricole, d'autres, en revanche, se sont transformées en maisons d'hôtes, souvent " de charme ", offrant également une palette d'activités telles que des balades à cheval, la chasse, la pêche, etc.

La plupart des estancias ont conservé leur architecture traditionnelle, mais il n'est pas rare d'en voir certaines à l'allure plus moderne. Le prix du séjour varie selon le type d'estancia et les prestations incluses.

Chacune se distingue par la singularité de ses prestations et son accueil. Le visiteur peut se reposer, se promener, monter à cheval et, bien souvent, assister à " la vie de l'estancia " : tonte des moutons, fabrication de fromage de brebis, travaux des champs... Un séjour dans une estancia est l'opportunité de vivre le quotidien des habitants, de s'immerger dans un milieu rural authentique et de se familiariser avec les coutumes et les habitudes locales, notamment celle du mate... et de l'asado (barbecue).

La nature montre un visage différent selon la région. Au nord du pays, les étendues sont plus vastes, désertes et sauvages, et procurent une impression de liberté totale. Plus au centre, le tableau est moins dépaysant, bien qu'un séjour dans une estancia le soit toujours.

Les estancias sont très prisées par les chasseurs et les pêcheurs qui viennent parfois de loin (Europe et Etats-Unis notamment). Sachez que ces deux activités sont réglementées. Ce qui n'empêche pas les propriétaires d'organiser des chasses sur leurs terres. Pour s'y adonner, un permis de chasse est obligatoire pour chaque participant. Et sachez que certaines espèces sont protégées (interdiction de chasser donc !) : ñandus, cabiais, cygnes au cou noir...

La pêche se pratique à l'ouest, sur le río Negro et ses affluents, mais aussi au centre et dans le reste du pays où l'eau - rivières, cours d'eau, lacs ou lagunes - coule en abondance. Le surubí, sorte de poisson-chat géant, et le dorado, liche à la taille impressionnante, peuplent les eaux des ríos Uruguay et Negro. Des concours de pêche sont même organisés ! Parmi les autres espèces, il faut citer la tararira, le bagre (autre type de poisson-chat), la corvina (corbeau de mer), l'anchois, le pejerrey (athérine)...

Circuit historiqueHaut de page

On peut aussi suivre un itinéraire culturel afin de replonger dans le passé du pays et aller sur les traces des figures et lieux marquants de l'histoire nationale :

Le fort de San Miguel érigé par les Portugais en 1737 et la forteresse de Santa Teresa, bâtie en 1762, près de la frontière avec le Brésil, à l'est du pays.

La Posta del Chuy. Près de Melo, sur la route de la lagune Merín, à l'est du pays. Découverte du pont en pierre construit par des Basques, ainsi que de l'auberge attenante, la Pulpería (épicerie). Les magnolias et les glycines confèrent une atmosphère pittoresque et bucolique.

Maison de Pablo Neruda à Atlántida, à 45 km à l'est de Montevideo. C'est là que le poète, au début des années 1950, commence une romance avec Matilde Urrutia, le grand amour de sa vie. Un musée renfermant photos, poèmes et objets personnels s'y trouve.

Musée de Carlos Gardel, à Valle Edén à 23 km à l'ouest de Tacuarembó. Juste en face d'une antique station de train. Ce musée est dédié au célébrissime chanteur et compositeur de tango. Aux dires de certains - il y a toujours controverse sur son lieu et sa date de naissance -, il serait né à Tacuarembó. Selon d'autres sources il serait né à Toulouse...

Palermo et Barrio Sur, à Montevideo. Ces deux quartiers de la capitale sont le berceau des cultures afro-uruguyennes de l'Uruguay. Si vous avez la chance d'être là pendant le carnaval - 40 nuits de février à début mars, c'est le plus long au monde ! - ne loupez surtout pas les murgas, des spectacles musico-théâtraux d'origine afro qui sont des satires politiques, économiques et sociales de la société actuelle. Ni même les Llamadas, des défilés colorés de comparsas (compères) évoquant la culture afro et son histoire. A l'occasion de ces manifestations, vous aurez également l'occasion d'entendre le Candombe, un genre musical aux origines africaines. " Le Candombe et son espace socioculturel : une pratique communautaire " ; c'est en effet l'expression de la communauté noire de Montevideo.

Pour connaître l'histoire et l'évolution de la communauté afro-uruguayenne, nous vous recommandons vivement de faire une visite de ces quartiers via la Red de Turismo Comunitario barrio Sur y Palermo ou l'hostal Posada Al Sur.

Colonia del Sacramento. Fondée en 1680 par les Portugais, cette ville fut inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco en 1995. La vieille ville - rues pavées, remparts, maisons colorées, etc. - est absolument magnifique. Et les couchers de soleil de Colonia sont splendides. Il fait bon vivre dans cette petit ville tranquille.

La Plaza de toros Real de San Carlos, à l'ouest de Colonia (accessible par la Rambla). Elle a ouvert la porte de ses arènes en 1910. 8 corridas s'y déroulèrent avant que le gouvernement uruguayen ne les interdise en 1912.

Calera de las Huerfanas. A l'origine, la ville s'appelait Estancia de las Vacas et s'étendait sur 140 000 hectares à l'époque. C'était la propriété d'une communauté de jésuites ; une fabrique de chaux, briques et tuiles à partir de 1741. Les jésuites furent expulsés en 1767, et l'établissement fut ensuite converti en asile pour orphelins.

Playa... et farniente !Haut de page

Le pays abrite de belles plages, certes moins " carte postale " que celles du Nord-Est brésilien, par exemple. Des plages sauvages, avec de longues étendues de sable doré. Si un séjour en Uruguay ne se résume certainement pas à du farniente sur la plage - pour nous autres Européens qui avons la chance d'avoir de superbes plages près de chez nous -, il est toutefois agréable de longer la côte uruguayenne, de profiter de certains coins tranquilles encore préservés. Quant aux fêtards, ils se feront une joie de découvrir Punta del Este dont la réputation de station balnéaire chic et bling-bling n'est plus à faire. Si Montevideo abrite des plages (Pocitos et Carrasco), ce ne sont pas les plus agréables ; la baignade n'est pas conseillée.

Les plages du río de la Plata. Vous pourrez profiter des jolies plages en bordure du río de la Plata, notamment à Santa Ana, dans le département de Colonia (à l'ouest de Montevideo, km 155 de la Ruta 1). Ou encore au bord du río Uruguay ; un peu partout, entre Fray Bentos et Salto, il y a de très jolies plages. Et enfin, le long du río Negro, à Las Canas par exemple.

La Costa de Oro : à l'est de Montevideo, elle regroupe les stations balnéaires du département de Canelones, dont les principales sont Salinas, Atlántida, Parque del Plata, La Floresta et Costa Azul.

Piriápolis et Punta del Este. Cette dernière est sans doute l'une des stations balnéaires les plus réputées du sous-continent (avec Cancún peut-être). Punta del Este, le " Saint-Tropez " de l'Amérique latine, est une ville bordée de grands immeubles ultramodernes rutilants, de magasins de luxe et de deux plages : playa Mansa, plutôt calme, et playa Brava, parfaite pour ceux qui aiment les grosses vagues et le surf. Non loin de là, La Barra est une autre option " tendance ", très très fashion, et ensuite on atteint une autre petite station non moins huppée (mais plus discrète) : José Ignacio.

Piriápolis pour sa part se trouve sur la côte du río de la Plata, à l'intersection des routes 10 et 37. L'été, elle attire beaucoup de touristes, et surtout des familles et des retraités, qui apprécient sa tranquillité.

La côte sauvage de Rocha. Une fois que l'on a dépassé Punta del Este et La Barra, on aperçoit des stations balnéaires plus tranquilles ; Argentins et Brésiliens aiment toutefois y passer leurs vacances. Parmi elles, on peut citer La Paloma (et la plage la Aguada) et La Pedrera, deux spots de surf prisés par les jeunes. A noter que l'on peut y apercevoir les baleines à partir de fin juillet et jusqu'à octobre. Ensuite se trouve Cabo Polonio, un village bohème-chic niché sur un bout de terre où vivent des colonies de lions de mer ; puis Barra de Valizas, Aguas Dulces et enfin Punta del Diablo, plus loin à l'est, qui devient de plus en plus populaire auprès des jeunes. L'ambiance y est relax, baba cool et sympathique, et les plages sont agréables.

A la découverte des stations thermalesHaut de page

La région du littoral, le long du río Uruguay et de la frontière argentine, renferme de nombreux thermes, dont la plupart sont aménagés pour la venue des touristes. Les Argentins s'y rendent en avril pendant la semaine sainte ou en juillet (vacances d'hiver). Les prix augmentent alors sensiblement pendant ces périodes qu'il est préférable d'éviter. Les principaux sites sont les suivants :

Termas del Dayman à 8 km au sud de Salto. les températures de l'eau peuvent monter jusqu'à 46 °C. Parc de diversion aquatique, piscines de température variable, hydromassage, etc. Infrastructures touristiques très développées, idéales en famille, beaucoup moins pour se retrouver seul.

Termas del Arapey à 80 km au nord de Salto. La température peut atteindre 42 °C. Environnement plus naturel, 5 piscines principales entourées de verdure. Parcs infantiles, commerces, restaurants, bars. Hôtel 5-étoiles doté de 200 chambres et de nombreux hôtels moins haut de gamme ; camping avec une bonne infrastructure.

Termas de Salto Grande à 10 km au nord de Salto. L'endroit abrite un hôtel 5-étoiles. Possibilité de pratiquer diverses activités dans ce parc de 218 hectares ; parc aquatique avec piscine à vagues.

Termas del Guaviyú à 60 km au nord de Paysandú. Environnement bucolique : nombreux palmiers Yatay dans les parages composant un ensemble plaisant. Les infrastructures sont correctes.

Termas de Almirón à 85 km à l'est de Paysandú. La température de l'eau des thermes est d'environ 34 °C. Ce sont les seuls thermes d'eau salée. Possibilité de séjourner sur place dans un hôtel ou une cabane.

Termas de San Nicanor au niveau du pont, avant les thermes del Daymán, piste sur 13 km. Les températures oscillent entre 37 et 40 °C. Ce sont nos préférés. L'environnement y est champêtre, il s'agit d'une estancia convertie en hôtel et dédiée au tourisme. Des chevaux paissent à deux pas. La nuit tombée pensez à lever les yeux au ciel pour admirer les milliers d'étoiles. Camping et chambres à disposition.

Ailleurs sur le web

Liens utiles Uruguay

Toutes les bonnes adresses Uruguay

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté